LEURRE STORM GOMOKU CRANK

Tests Carnassiers > Leurres Carnassier > Crankbaits

  

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Hugo B - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche des carnassiers en lacs de barrage et rivières

 

Donnees constructeur :

3.8cm (sans bavette) - 5g - Bruiteur - Flottant

 

 

Storm distribue depuis quelques années maintenant une gamme nommée « Gomoku » qui vise à pêcher la plupart des espèces de carnassiers avec des leurres aux prix abordables. Ce test traite de l’un d’eux : le Gomoku Crank paru en 2016. Les crankbaits sont une famille de leurres durs, très utilisés et très répandus dans les boîtes des pêcheurs français. Celui-ci est relativement petit, légèrement bruiteur et flottant. Plutôt ressemblant aux poissons fourrages des endroits que j’ai l’habitude de pêcher, j’ai décidé d’insister avec ce leurre afin de pouvoir vous livrer mon ressenti en action de pêche. Pour cela, je me suis muni d’un ensemble light, à savoir une canne d’une puissance de lancer de 3-10g associée à un moulinet en taille 1000.

  

  

CONSTRUCTION

  

Le Gomoku Crank s’inscrit donc dans la continuité que ce que proposait Storm avec sa gamme et présente des caractéristiques très similaires à l’ensemble des cranks du marché, mais avec certaines spécificités bien propre à la marque. Premièrement, malgré la petite taille de ce poisson nageur, la bouchée reste tout de même proportionnellement conséquente grâce au corps trapu. Plus large vers l’avant, le plastique qui constitue le leurre se rétrécit progressivement vers l’arrière du crank. Ainsi, la forme du corps reste plutôt classique. La sonorité du Gomoku Crank est émise grâce à une bille de taille moyenne qui se déplace lorsque le leurre est en action de nage créant un son peu puissant mais plutôt attractif. Ce qui est un bon point puisqu’une sonorité trop importante peut parfois dissuader les carnassiers méfiants ou éduqués.

  

  
De plus, on retrouve sur ce petit leurre des yeux collés de formes triangulaires imposants par rapport à la taille du leurre. Ils sont en 3D et rendent plutôt attractif le Gomoku Crank de mon point de vue. Malheureusement, ce n’est que le seul point de détail que j’ai pu relever avec un léger marquage des ouïes. Je reste donc légèrement sur ma faim concernant les finitions du leurre qui mériteraient d’être légèrement plus poussées.  En outre, c’est une bavette de quasiment la longueur du leurre qui permet à ce dernier de nager. Plutôt fine et très effilée, j’ai constaté que le leurre descend assez vite à sa profondeur de nage grâce à celle-ci. La bavette est vraiment très peu large, ce qui permet au crankbait de pénétrer plus facilement dans l’eau et aussi de nager au mieux

  

  
Sur le catalogue de la marque, 8 coloris sont disponibles pour une seule taille. Je regrette d’ailleurs qu’une taille plus conséquente ne soit pas proposée afin d’essayer de sélectionner des poissons de belle taille. Ils sont néanmoins complémentaires grâce à la présence de coloris naturels mais aussi de certains plus flashys. D’autre part, l’alliance de coloris transparents et mats permet de s’adapter un peu plus aux différentes conditions de pêche . La chose qui m’a un peu déçu concernant les coloris, est liée à l’utilisation. Pour avoir pêcher plusieurs biotopes avec, à savoir des milieux sablonneux, des zones rocheuses, ou encore des fonds tapissés d’herbiers, j’ai constaté que lors d’une utilisation intensive les coloris avaient tendance à s’écailler avec le temps jusqu’à disparaître progressivement.

  

  
Par ailleurs, ce sont deux hameçons triples qui arment ce poisson nageur. Plus précisément, ce sont deux hameçons nickelés de la marque VMC qui sont utilisés. La taille des hameçons est également correcte et non démesurée, comme cela arrive parfois avec des leurres de petite taille.  Personnellement, je n’ai jamais eu de soucis avec l’armement que ce soit en termes d’oxydation ou de résistance face à la puissance d’un quelconque poisson. Ceci nous amène d’ailleurs à la partie performances.

  

 

PERFORMANCES

  

En action de pêche, le Gomoku Crank dispose d’un bon nombre d’atouts. La bille à l’intérieur du leurre a deux fonctions qui sont la sonorité mais également quelque chose de plus important en action de pêche, puisqu’elle permet de créer un transfert de masse à l’intérieur du leurre et de le projeter assez facilement à de longues distances malgré son faible grammage.  

  

  
J’ai utilisé ce leurre la majeure partie du temps en power-fishing (technique consistant à battre du terrain rapidement pour trouver les poissons actifs) en float-tube ou du bord. Il a été redoutable d’efficacité en lac de barrage en le lançant face aux berges puisqu’il descend très vite à 1m50, ce qui permet de bien souvent suivre la déclivité du fond. Le leurre est aussi efficace dans des conditions similaires lors de pêches en rivières et en fleuves. Parallèlement, la nage de ce crank dépend aussi du débit d’eau. J’ai pu le constater lors de mes pêches en rivières où il arrive que le leurre décroche soit lorsque le courant est trop puissant ou soit lorsque la vitesse de récupération est trop importante.

  

  
Ainsi, que ce soit en pêche de prospection à la recherche des bancs de perches ou bien lors des pêches où les poissons sont déjà localisés, le leurre reste assez polyvalent. Une simple action en linéaire suffit dans la majorité des cas pour déclencher les poissons actifs. Cependant, des animations telles que le « stop and go » (en ramenant le leurre et en faisant des pauses) ou avec de légers twitchs sont nécessaires pour éveiller la curiosité de nos amis les carnassiers.

  

  
Durant mon test, les poissons que j’ai le plus facilement leurré sont bien sûr les perches qui répondent très souvent présentes face à la nage très vive et incitative que proposent le Gomoku Crank ! Il arrive cependant d’avoir quelques surprises lorsque les autres carnassiers sont focalisés sur de petites proies. Il m’est ainsi arrivé de toucher quelques brochets avec le Gomoku. Clairement, le Gomoku Crank est un leurre qui permet de pêcher la plupart des carnassiers de nos eaux. Encore une preuve de sa polyvalence que l’on apprécie.

  

  

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

  
Pour disposer du Gomoku Crankbait dans vos boîtes, il vous faudra vous acquitter d’une somme de 9.40 euros, ce qui est plutôt rare pour un leurre dur. Storm ne nous déçoit pas avec ce leurre qui s’inscrit parfaitement dans la gamme Gomoku, grâce à son coût peu élevé mais également grâce à sa polyvalence face aux différentes espèces de poissons. Il est clairement une arme de destruction massive sur les perches mais peut aussi se montrer prenant sur d’autres espèces. En revanche, nous regrettons la tenue éphémère des coloris et l’existence d’une seule taille qui nous laisse sur notre faim. C’est un leurre que je recommande pour la pêche des perches en zones calmes ou peu mouvementées puisque la nage est conditionnée par la force du courant.

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION