Cuillère Ondulante Crazy Fish Swirl

Tests Truite > Leurres Truite > Leurres métalliques

 

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

 

 

Testeur : Jérémy C – Non sponsorisé

 

Usage du Test : Pêche des petits carnassiers en eau douce

 

Données constructeur : 4cm - 5.5g

 

 

Les leurres métalliques font partie des indémodables dans le monde de la pêche des carnassiers et il existe un nombre de modèles incalculables de cuillères ondulantes sur le marché. Sur ce test je me suis donc adonné à tester rigoureusement la petite Swirl de chez Crazy Fish dans sa version 5,5g en divers biotopes à la recherche des petits carnassiers afin d’analyser ses qualités et ses défauts.

 

 

Construction

 

Pour un poids de 5,5g et seulement 4cm, la Swirl apparaît comme un petit morceau de métal très dense et robuste qui ne subit aucune déformation lors des chocs pouvant survenir lors de lancers imprécis. Lorsque nous la regardons de face, nous remarquons qu'elle possède une forme typique de cette catégorie de leurre, c'est-à-dire la “feuille de saule”. Cependant, en observant la tranche de cette cuillère nous constatons une forme en S avec la particularité d'être concave sur sa partie arrière, détail plutôt atypique pour une cuillère ondulante.

  

 

Du point de vue de l’armement, le leurre est équipé d'origine d'un hameçon simple extrêmement piquant de la marque japonaise Meito. Cependant cette hameçon est très fin de fer et ne tarde pas à se déformer voire à s'ouvrir lors de trop fortes tractions sur des poissons respectables où lors d'un accrochage, ce qui est bien sûr assez regrettable. De part et d'autre du leurre sont installés des anneaux brisés qui sont quant à eux plus que robustes, ce qui est paradoxal au vu de la fragilité de l'hameçon simple. Un équilibre entre les anneaux brisés et l’hameçon serait certainement bienvenu de la part du constructeur.

   

 

La Swirl est disponible en quatre coloris, trois d'entre eux sont peints sur un fond en laiton et réactifs aux UV ce qui est très pratique dans des conditions de faible luminosité, mais le dernier demeure plus classique sur un fond argenté. Ces quatre coloris sont plutôt robustes lors d’une utilisation classique, c'est-à-dire sans trop cogner contre les obstacles. Il n'en existe pas beaucoup mais leur complémentarité permet de palier à la plupart des situations de pêche.

 

 

Une construction plutôt réussie mis à part cette incohérence d’équilibre entre la solidité des anneaux brisés et la fragilité de l'hameçon qui demanderont un réajustement de la part du pêcheur afin d'éviter les mauvaises surprises sur un poisson de taille respectable.

 

 

Performances

   

Il ne m’a fallu qu’un seul lancer pour comprendre que ce leurre est un véritable petit missile. En raison de sa densité, la Swirl de chez Crazy Fish se propulse très loin et avec précision sans être trop influée par les conditions météorologiques. De plus, cette dernière ne s'est quasiment jamais emmêlée lors des lancers. A ma grande surprise, l'impact dans l'eau ne fait pas plus de bruit qu'un poisson nageur du même gabarit, un bon point quand on sait que la discrétion à l'impact n'est généralement pas le point fort des cuillères ondulantes.

 

  

Une fois dans l'eau, la Swirl se met immédiatement à papillonner en descendant plutôt lentement au vu de sa densité, ce qui la rend attractive aux yeux des carnassiers à l'affût dès la première seconde. En cas de forte luminosité, la Swirl renvoie de nombreux flashs lumineux, donc si la profondeur le permet, je vous conseille de la laisser travailler un peu toute seule en gardant le contact et en vous tenant prêt à ferrer (subtilement étant donné la fragilité de l'hameçon bien entendu). Viennent ensuite les premiers tours de moulinet, où il est alors possible de la faire travailler de manière classique en linéaire tout en variant la hauteur de canne ainsi que la vitesse de récupération suivant la profondeur de pêche souhaitée. Elle se mettra à osciller de manière très erratique en déplaçant beaucoup d'eau grâce à sa corpulence en renvoyant toujours des flashs lumineux si le soleil est de la partie. Il est également possible d’animer ce leurre en "dents de scie", c’est-à-dire en ponctuant la récupération d’amples tractions tout en maintenant sa canne haute, le tout suivi d’une courte pause. Attention à toujours maintenir la bannière tendue lors de ces pauses car la Swirl a une fâcheuse tendance à s'emmêler sous l'eau lorsqu'elle n'est plus contrôlée par le pêcheur.

 

 

Concernant les vitesses de récupération, je conseillerai d'utiliser la Swirl plutôt lentement. En effet, j'ai pu remarquer qu'elle ne supportait pas bien les récupérations à grande vitesse ainsi que les contre-courants soutenus car elle se met alors à tournoyer sur elle-même occasionnant un vrillage du bas de ligne, ce qui est regrettable. Pour une utilisation agréable il convient, à mon avis, de l'utiliser sur des zones de courants calmes voire sur des zones plates. En ce qui concerne son attractivité, il n’y a rien d'extraordinaire mais celle-ci reste tout à fait acceptable. Il s'agit d'un leurre multi-espèces capable de décider bon nombre de carnassiers actifs certes, mais il ne s’agit certainement pas d'un produit miracle non plus

 

La Swirl accuse plusieurs défauts qui demandent une adaptation du pêcheur en fonction du milieu d'utilisation. Ainsi, bien qu'elle soit parfaitement en mesure de prendre du poisson, elle n'est pas non plus exceptionnelle.

 

 

Rapport Performances/Prix

 

Vendue 8,5€, cela représente un certain coût mais elle reste dans la moyenne des prix de cette catégorie de leurres. Ainsi, malgré une construction relativement robuste, ses performances laissent un peu à désirer et la fragilité de son hameçon simple représente un véritable handicap face à un poisson de taille respectable.

 

POINTS FORTS

  • Distance et précision des lancers
  • Simplicité d'utilisation

POINTS FAIBLES

  • Fragilité de l'hameçon
  • Manque de polyvalence
  • Emmêlement du leurre sous l'eau en cas de perte de tension dans la ligne.

CONCLUSION

 

La cuillère ondulante Swirl de chez Crazy Fish en 5,5g n'est ni extraordinaire ni mauvaise. Il s'agit d'un leurre multi-espèce simple d'utilisation mais peu polyvalent. Quelques défauts sont à constater, notamment la grande fragilité de l'hameçon simple ou encore l'incapacité du leurre à faire face à des courants rapides. Elle reste néanmoins adaptée aux pêcheurs qui recherchent les petits carnassiers en eaux lentes voire modérée ou closes.