CUILLERE ONDULANTE KIFUKU ADAM'S

Tests Truite > Leurres Truite > Leurres métalliques

 

 

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

 

 

Testeur : 

Jérémy C - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche de la truite

 

Donnees constructeur :

33mm / 4.5g

 

 

Pour ce test je me suis concentré sur une petite cuillère ondulante récemment arrivée sur le marché. Il s'agit de la KUFUKU de chez ADAM'S, marque réputée pour ses poissons nageurs. Après de nombreuses heures d'utilisation en rivières à traquer les salmonidés, accompagné d'un ensemble spining léger garni d'une fine tresse, je vais vous dévoiler mon ressenti concernant cette petite cuillère ondulante.

  

  

CONSTRUCTION

  

Cette petite ADAM'S Kifuku est une cuillère ondulante aux aspects des plus banals. D'une longueur de 3,3 centimètres pour 4,5 grammes, elle est massive et épaisse.Sa silhouette de profil s'apparente à un S concave sur toute sa longueur. Vue de face, elle est conique et arrondie sur ses extrémités et se trouve plus massive et plus épaisse sur l'avant qu'à l'arrière du leurre. Ce qui, vous l'aurez compris, ne présage rien de bon concernant sa stabilité lors des lancers.

  

  
En la regardant attentivement de plus près, on peut s'apercevoir que les bords sont à peine polis. Des marques dues à l'emporte-pièce utilisé pour sa fabrication sont présentes ici et là sur la surface de la cuillère, ce qui ne favorise pas le côté esthétique du leurre métallique. Il en va de même pour les deux trous servant à fixer les anneaux brisés d'accroche et d'armement, ils ne sont pas ronds mais plutôt d'une forme ovale et aléatoire suivant les leurres. L'une des faces n'est que très légèrement polie, ce qui n'est pas des plus efficaces pour renvoyer des flashs lumineux générés par le soleil.

  

  
L'autre face qui affiche des lignes gravées, est quant à elle décorée d'une fine couche de peinture vernis qui ne tarde pas à s'effriter progressivement au fur et à mesure des heures d’'utilisation.Pour ce qui est du choix des coloris, là encore il est restreint avec quatre modèles disponibles. Deux sont argentés, un doré et le quatrième est blanc. La cuillère ADAM’S Kifuku est équipée de deux anneaux brisés et d'un hameçon simple sans ardillons qui sont, il faut le dire, robustes et de bonne qualité. J'émets tout de même un petit bémol sur le piquant de l'hameçon qui est lui aussi aléatoire suivant les leurres.

  

  
Sans nul doute, la Kifuku de chez ADAM'S apparaît comme un leurre rustique et plutôt rudimentaire. Le manque de finitions et de régularité sur plusieurs leurres du même modèle est probant. Malgré un armement et des anneaux brisés solides, le reste du leurre n'est pas abouti à mon goût.

  

  

PERFORMANCES

  

Étant donné son rapport poids/taille, il s'agit d'un leurre très dense qui se lance très loin. Cependant, du fait que la majorité du poids soit concentrée sur l'avant du leurre, cela perturbe sa stabilité lors des lancers appuyés. Ainsi, l'avant du leurre a tendance à repasser en pointe de trajectoire, ce qui occasionne un emmêlement du leurre sur le bas de ligne. Ce phénomène se produit très peu lors des lancers sous la canne moins appuyés. La pénétration de la Kifuku dans l'eau est plutôt discrète, une fois sous l'eau elle coule rapidement avec un léger papillonnement Comme beaucoup de cuillères ondulantes, il est possible de l'utiliser de différentes manières.

  

  
Avec une animation linéaire classique (le lancer/ramener), elle se met à onduler de manière très serrée, il est par contre nécessaire d’y appliquer une vitesse accrue avant qu’elle ne mette en action. Il va donc de soi que lors des lancers amonts sur des zones où la vitesse du courant est importante, il sera nécessaire d'avoir un moulinet avec un gros ratio au risque de « tricoter », ce qui n'est pas confortable pour pêcher. Cette cuillère Adam’s est donc plus adaptée sur des pêches en aval où le courant va aider à mettre rapidement en action ce leurre métallique ou en eaux calmes.

  

  
L'animation que je conseille est celle dite en dents de scie, elle consiste simplement à émettre des tractions canne haute puis de récupérer la bannière lors de la descente du leurre. Du fait de la forte densité de la Kifuku (4,5g) , lorsque la traction haute est stoppée, l'inertie du leurre laisse ce dernier dans sa course et lui procure un effet très planant l'espace d'un instant, avant de repartir vers le fond. C'est bien évidemment à ce moment précis que l'attractivité du leurre est au maximum !

  

  
Toute la complexité pour le pêcheur est de capter la touche à cet instant précis. En règle générale, cela se traduit par un « mou » sur la ligne. J'ai pu constater de nombreuses attaques de poissons de petite taille, mais ce sont des touches très difficiles à percevoir et ferrer. En revanche cette animation devient de plus en plus compliquée au fur et à mesure que la cuillère se rapproche du moulinet. La Kifuku a tendance à s'emmêler lors des tractions perpendiculaires par rapport à la canne.

  

  
Cette petite cuillère ondulante est un leurre plutôt technique à mon sens. Plusieurs heures d'utilisation et une concentration accrue sont nécessaires afin d'en tirer des résultats au bord de l'eau. Visiblement attractive sur les petits sujets difficiles à ferrer, les attaques de poissons plus imposants sont plus rares mais plus simples à concrétiser.

  

  

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

  

La cuillère Adam’s Kifuku 4,5 est un leurre peu onéreux, à moins de 3€ les défauts sont compréhensibles. Ce produit non abouti aux aspects plus que rudimentaires nous rappelle sans hésiter que la somme investie pour l’acquérir est des plus dérisoires. À ce prix, nous avons un leurre métallique classique et rustique, à la nage tant bien que mal attractive, que nous ne risquons pas de regretter s’il finit au fond de l’eau. Il est en effet possible d’en acquérir plusieurs sans se ruiner : un leurre adapté pour prospecter des zones risquées et dangereuses.

  

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION