LEURRE BIWAA SWIMPIKE

Tests Carnassiers > Leurres Carnassier

 

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Maxence D- Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche des carnassiers

 

Donnees constructeur :

18cm - 26g - Coulant - Silencieux

   

 

Biwaa propose un large choix de leurres connus et reconnus. Aujourd’hui , je vais vous parler du Swimpike SS en 18 centimètres pour 26 grammes. Cette taille est la plus polyvalente du fait de sa taille et de son poids permettant de traquer essentiellement les brochets. Les swimbaits ont la particularité de proposer une nage des plus réalistes possibles grâce à leurs articulations ici au nombre de 11 . Cependant celles-ci parviennent-elles à faire de notre petit Swimpike un vrai poisson dans l’eau ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

 

 

CONSTRUCTION

  

Biwaa a réalisé des coloris soignés sur le Swimpike, certains sont naturels et réalistes, d’autres plus flashys tels que le fameux Fire Tiger, un coloris redoutable sur les carnassiers. Le choix des coloris disponibles permet de pallier toutes situations au cours de n’importe quelle saison. L’aspect général est qualitatif, les couleurs s’intègrent bien au leurre et pour certains nous pouvons même avoir l’impression d’avoir un vrai petit brochet en main.  La durabilité de la peinture est correcte, ce sont des coloris qui souffrent peu des dommages du temps. Pour les dents de nos amis les brochets, là c’est une autre histoire, le Swimpike marque hélas assez vite. Je situerai la résistance des coloris dans la moyenne du marché. La fabrication d’un swimbait doit être un vrai casse-tête pour les ingénieurs. Parvenir à faire en sorte qu’un morceau de plastique nage comme un vrai poisson... Pour réussir un tel défi, Biwaa a opté pour un leurre en 11 parties de plastiques durs, reliées entre elles par un tissu tressé, (ressemblant au tissu de nos ceintures de sécurité mais en plus fin). C’est un leurre assez peu épais, ses flancs sont lisses et le dos est légèrement bombé de flanc à flanc et galbé sur le sens de la longueur. 

  

 

Petit point négatif : les marques de moulage sont omniprésentes sur la totalité du leurre.  Pour la queue, Biwaa a opté pour une caudale en plastique souple, qui s’imbrique dans une prépondérance étudiée pour que l’effet de vibration n’en soit que plus performant. La tête est ultra réaliste, on a le sentiment que ce petit pike est bien en vie et des détails sont présents tel que des ouïes mais aussi une bouche en relief. Malgré  mes recherches, je n’ai pas trouvé d’informations exactes mais le détail de la tête est tellement poussé que j’opterai pour une réalisation par Scan sur un vrai brocheton. Les yeux sont directement moulés avec le leurre et peints ensuite, là aussi, on ne peut que saluer le travail de Biwaa, la pupille est bien brillante. L’armement est constitué de deux hameçons triples avec ardillons, bien piquants. Bien qu’il soit fort de fer, le tout relié au leurre par 2 anneaux brisés de qualité, l’armement souffre au fil du temps de la rouille. Quand un brochet tape dessus, je pense qu’il s’en rappelle. Biwaa a réalisé un Swimbait en forme de brochet, réaliste tant sur la partie physique que sur le soin des coloris. Néanmoins la marque des moulages est trop présente et les coloris sont dans la moyenne quand il s’agit de résistance face aux dents des brochets.

 

 

PERFORMANCES

 

Ce Swimbait possède une bonne distance de lancer, un lest présent dans la tête aidant à catapulter littéralement le leurre avec précision. Bien qu’il soit tout en longueur, avec 2 hameçons triples et ses 11 articulations, le leurre s’emmêle rarement. Attention, dès le  contact avec l’eau, le Swimpike entre en action de pêche, il va couler lentement, tête la première en débutant sa nage en S en direction du fond. Au premier coup de moulinet, il va se redresser tout en poursuivant sa danse, vous n’aurez plus qu’à varier les animations,et rassurez-vous que même pour un Swimbait elles sont nombreuses.

   

  

En premier lieu, je vous recommande le plus simple : le linéaire à différentes vitesses pour varier les profondeurs de prospection mais aussi pour jouer sur des vibrations plus souples ou plus fortes. Vous pouvez ajouter à votre linéaire des phases de pauses. Une autre animation qui joue sur le côté brochet en détresse, c’est les tractions verticales. Lancez votre leurre, attendez qu’il touche le fond en maintenant votre bannière sous contrôle canne basse. Une fois votre leurre au fond, levez de manière sèche votre canne d’environ 1m/1m50 pour décoller le Swimpike et laissez le retomber au fond. Cette animation va imiter plus ou moins un petit brochet à l’agonie se positionnant sur ses flancs dans un dernier élan de vie, pour retomber ensuite au fond. Méfiez-vous, les touches à la tombée sont brutales et fréquentes. Des formes et des coloris réalistes, une nage bien étudiée et une polyvalence extrême dans les animations, font du Biwaa Swimpike un leurre efficace sur les brochets.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

 

Pour 32.90 euros vous avez un magnifique brochet en plastique. Le Swimpike de chez Biwaa possède certes de bons attributs et reste efficace mais 32.9 euros est une somme importante pour de nombreux pêcheurs. Alors si l’on ajoute les petits soucis de peinture et de moulage l’addition peut être salée. Après on ne va pas se mentir non plus, le détail du design, le soin des coloris, l’armement de qualité et surtout son efficacité, ont un coût mais certainement pas aussi élevé que ça .

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION