LEURRE POWERLINE JIG POWER KOCHI SPOON

Tests Carnassiers > Leurres Carnassier > Leurres métalliques

 

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Fabrice L - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche du carnassier en eau douce

  

Données constructeur :

  7g - Coulant - Silencieux

Données mesurées par le testeur :

Longueur totale de 6,8 cm avec lame de 4 cm et palette de 1,4 cm sur 1,9 cm - 7g

   

  

STB Powerline est une marque française créée en 1997 par Thierry Jahiel. Si leur spécialité est avant tout liée aux monofilaments, quelques leurres apparaissent au catalogue comme la lame Powerline Jig Power Kochi Spoon. Elle a la particularité d’associer une lame à une palette en queue. J’ai donc voulu tester son efficacité dans la taille 7g.

 

 

CONSTRUCTION

  

La lame Powerline Jig Power Kochi Spoon 7g est composée d’une lame de 4 cm de long à la conception assez classique avec sa paire d’yeux noirs cerclés de doré collés en tête, une excroissance marquée à l’avant et encore plus proéminente au niveau du ventre. Le reste du corps jusqu’à la queue est plat et fin. On trouve deux points d’attache au niveau du dos : L’un au milieu et l’autre plus vers l’avant afin de pouvoir changer l’intensité de la vibration. Cette construction permet d’avoir le poids du leurre vers le bas et la tête afin qu’il plonge à la descente. On trouve également un anneau brisé classique en queue suivi d’un émerillon doté d’un roulement à billes de très bonne qualité puis un autre anneau brisé, similaire au premier, et une palette de type Colorado. Il est à noter également qu’une attache rapide est livrée avec le leurre et mise sur l’un des deux trous de fixation. 

  

  
On dénombre 6 coloris bien différenciés pour ce modèle qui vont des coloris naturels à des coloris très flashys. Il n’y a pas vraiment de points communs entre ces modèles si ce n’est la palette toujours argentée. Un ou deux coloris en palette dorée ou cuivrée voire noire auraient pu être envisagés pour diversifier la Jig Power Kochi Spoon à mon avis. Comme toute lame, l’avant va s’abîmer en priorité mais j’avoue avoir été surpris par la qualité de la peinture car après plusieurs sessions, celle-ci n’a pas beaucoup bougé. C’est important au regard des chocs reçus par une lame. La palette ne s’oxyde absolument pas et garde son brillant, ce qui accentue l’impression de qualité qui se dégage de ce leurre.

  

 
Sous le ventre, on trouve un troisième anneau brisé, similaire aux deux autres. Comme ceux-ci, la qualité perçue est bonne tout comme celle de l’hameçon triple qui y est accroché. Un teaser, commun à tous les coloris, est fixé sur cet hameçon. Il mesure 3 cm et est composé de plumes oranges, blanches et pailletées (pour renforcer les signaux brillants). Il est solidement fixé à l’hameçon triple et permet de mesurer la qualité de celui-ci. Bien souvent les teasers accélèrent son oxydation. Malgré plusieurs sessions sans forcément avoir fait sécher le leurre, le triple ne présente aucune trace de rouille. C’est assez rare pour être souligné.
La lame Powerline Jig Power Kochi Spoon est remarquable par la qualité de ses composants. La peinture, l’armement et tout ce qui la compose est de très bonne facture. On peut toutefois regretter que la palette ne soit proposée qu’en coloris argent.

 

 

PERFORMANCES

  

Un des avantages d’une lame est la distance de lancer qu’elle permet d’atteindre grâce à son aérodynamisme. La lame Powerline Jig Power Koji Spoon 7g se lance donc bien. Bien mais pas très bien car la palette ralentit un peu sa pénétration dans l’air et peut faire office de « voile » les jours de grand vent, ce qui peut dévier son point d’arrivée par rapport à ce que vous aviez prévu. Ces désagréments sont marginaux et les performances obtenues quant à la précision ou la distance de lancer sont très bonnes au regard de la majorité des leurres. Les emmêlements existent mais ne sont pas fréquents. Ils sont surtout dus à l'hameçon triple qui se prend sur la tête ou sur l'attache rapide.


Comme pour toute lame, plusieurs animations sont possibles :


- A la verticale où vous pouvez l’animer en alternant montées et descentes. On retrouve du coup le pourquoi du terme Jig dans le nom du leurre car il est alors utilisé comme un jig. À la descente, la palette tourne ainsi qu’à la montée pour peu que la tirée effectuée avec la canne soit assez franche. Par contre, quand celle-ci tourne, l’effet vibration de la lame s’estompe voire disparaît. L’armement placé sous le ventre est un avantage pour cette pêche et limite les ratés.

- En linéaire même si je trouve que c’est clairement la pêche la moins efficace. En effet, la palette prend totalement l’ascendant et cela revient à utiliser un leurre avec une palette mais avec un corps qui est une lame et qui a la fâcheuse tendance à désaxer la Koji Spoon et à la faire décrocher.

- En animant en « dents de scie » c’est-à-dire en imprimant des tirées vers le haut pour ensuite laisser le leurre redescendre. C’est la configuration qui permet d’exploiter au mieux tous les signaux que le leurre envoie : le teaser, la vibration de la lame, ses couleurs et la brillance de sa palette. À noter que le changement de point de fixation ne change pas grand-chose à la nage. Elle vibre un tout petit peu plus mais décroche aussi plus vite.

  

  
En action de pêche, on s’aperçoit vite que tous ces signaux ne peuvent pas être actifs en même temps et qu’à vouloir tout faire, la lame Powerline s’éparpille et n’excelle nulle part. Bien souvent, c’est la palette qui est le signal le plus visible même si on ressent dans la canne la vibration de la lame mais seulement épisodiquement. Quand on tire très franchement, c’est la lame qui prend le pas au détriment de la palette. Toutefois, ce leurre fait preuve d’efficacité sur des poissons actifs et peut faire réagir soit grâce à sa palette soit la lame, etc.… Il ne m’a pas permis de prendre de gros poissons car ils ont souvent réagi à d’autres leurres mais il a été efficace sur les perches notamment. Malheureusement, toujours de taille modeste (une vingtaine de centimètres au maximum). Je l’ai aussi utilisé avec succès sur des truites surdensitaires un jour d’ouverture avec mon fils pour les décider face aux multiples cuillers et autres vers qu’elles voyaient défiler. 

La lame Powerline Jig Power Koji Spoon 7g multiplie les signaux visuels mais certains ont tendance à éclipser les autres. Elle sera intéressante sur des poissons actifs mais rarement pour ouvrir la mâchoire des carnassiers apathiques.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

 

La polyvalence est une qualité si tout ce qui est fait est bien fait. À trop vouloir multiplier les signaux (vibration de la lame, brillance de la palette, coloris vifs, teaser), la lame Powerline Jig Power Koji Spoon en oublie d’être vraiment bonne dans l’un des domaines. La rotation de la palette a tendance à éclipser la vibration de la lame et la lame à faire décrocher le leurre. Si elle peut tirer son épingle du jeu sur des poissons actifs, à 9,99 euros, elle le fait payer un peu cher. On ne peut pas omettre la très bonne qualité de la construction mais il n’en demeure pas moins qu’avec son efficacité limitée, la Koji Spoon ne paraît pas être un incontournable.

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION