LEURRE SPINER BAIT GOMOKU STORM

Tests Carnassiers > Leurres Carnassier > Leurres métalliques

 

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Hugo B - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche des carnassiers en rivières, fleuves et eaux closes

 

Donnees constructeur :

10cm - 11g - Silencieux - Coulant

   

  

La marque Storm du groupe Normark a développé en 2015 une gamme très spécifique nommée Gomoku. Cette gamme réalisée par le Japonais Hiroshi Takahashi est destinée à s’amuser au bord de l’eau avec de petits leurres à des prix plutôt avenants. Pour ce test terrain, je me suis penché sur l’un d’eux : le Gomoku Spinnerbait. Appréciant les pêches rapides de début de saison, ce leurre me semblait être un bon compromis. Est-ce réellement le cas ? C’est la question à laquelle j'essaierai de répondre dans ce test.

 

 

CONSTRUCTION

 

Comme l’ensemble des leurres de la gamme, le Gomoku spinnerbait présente des caractéristiques bien spécifiques et plus particulièrement au niveau des finitions et de la taille du leurre. En effet, ce spinnerbait ne se classe ni dans la catégorie des spinnerbaits classiques ni dans celle des micro spinnerbaits puisqu’il s’agit d’un spinnerbait de taille moyenne. Plus exactement, le spinnerbait de chez Storm mesure 10cm pour un poids de 11g ce qui représente une taille plus modeste que celle d’un spinnerbait « classique » mais grâce à sa jupe particulièrement bien garnie par rapport à d’autres concurrents, le Gomoku spinnerbait déplace un volume assez conséquent dans l’eau.  Le gomoku spinnerbait est comme bon nombre de spinnerbait composé de corde à piano en forme de « V » classique. La corde à piano mesure environ 2 ou 3 mm de diamètre de diamètre ce qui permet d’éviter que cette dernière se déforme trop facilement. 

 

 
A l’extrémité haute de cette armature, on retrouve un émerillon « rolling » (tournant sur lui-même) relié à une palette de type colorado (en goutte d’eau). L’avantage d’une telle palette est sa faculté de tourner avec aisance face à la moindre sollicitation et à faible vitesse de récupération. Sur la partie basse de l’armature, on retrouve le lest du spinnerbait imitant une tête d’alevin aux yeux typiques de chez Storm en forme d’amande. La particularité la plus intéressante de ce lest est qu’il est mobile sur l’armature de manière verticale. Nous reparlerons de cet atout majeur dans la partie performances. A l’arrière de ce lest très atypique, le leurre dispose d’un armement composé d’un hameçon simple VMC Black Nickel de très bonne facture puisqu’il possède un excellent piquant et je n’ai constaté aucune déformation ou casse de ce dernier. 

 

 

Enfin, cet hameçon est recouvert par une jupe en filaments caoutchouteux, cette dernière est conséquente et donne au leurre un volume important. Concernant sa longueur, elle est parfaite puisqu’elle camoufle l’hameçon mais n’est pas trop longue afin d’éviter de cacher un éventuel trailer (leurre attaché au spinnerbait sur l’hameçon simple). Concernant les coloris, Storm a fait un effort du côté de la diversité par rapport aux premiers modèles de la gamme puisqu’il existe deux coloris de palettes : dorées et argentées pour pas moins de 12 coloris de jupes et de lest. Ces coloris vont du plus naturel au plus flashy permettant ainsi de faire face à un bon nombre de situations. Pour ma part, j’ai opté pour un coloris Ayu car le mimétisme était une donnée importante dans le biotope dans lequel j’ai utilisé le leurre où les poissons y sont particulièrement méfiants. Il est également important de noter que les coloris du lest sont résistants et ne se détériorent pas plus que ceux d’un autre spinnerbait au contact du substrat ou des obstacles. 

 

 
Le seul petit point sur lequel nous pouvons rester sur notre faim avec ce Gomoku spinnerbait est l’absence d’ergot permettant de maintenir le trailer de façon durable sur le leurre.

 

 

PERFORMANCES

 

Le Gomoku spinnerbait se lance aisément et avec précision grâce à son lest mobile qui a pour avantage de jouer le rôle de transfert de masse lors de la projection. Soyez vigilants cependant à ne pas trop forcer vos lancers sinon le leurre a tendance à s’emmêler et à ensuite tourner sur lui-même en action de pêche. Le Gomoku spinnerbait dispose d’un grand nombre d’atouts en action de pêche ! Le premier est commun à un grand nombre de leurre de ce type puisqu’il s’agit de sa profondeur de nage variable. Nous pouvons choisir quelle couche d’eau prospecter en adaptant notre vitesse de récupération et l’inclinaison de la canne. Je m’explique : plus la récupération sera lente et plus canne sera inclinée vers le bas, plus le leurre nagera profondément. A contrario, plus la récupération sera rapide et plus l’inclinaison de la canne sera haute, plus le leurre nagera proche de la surface.

 

 
Concernant les animations possibles, rien de plus simple. La palette Colorado de ce spinnerbait émettant des vibrations dès son entrée dans l’eau, le leurre se prête parfaitement à une animation en linéaire que l’on peut ponctuer de pauses pour le faire nager à la descente. Une animation en « free falling » (faire une longue pause lors de la récupération tout en gardant sa bannière tendue) est aussi très efficace puisque la palette Colorado tourne dès son entrée dans l’eau. Or lors de cette pause, cette dernière papillonne à la façon d’un poisson blessé. C’est une animation qui m’a rapporté beaucoup de résultats.

 

 

Un autre avantage du lest mobile est de pouvoir “jerker” (l’animer de coup de scion) le spinnerbait. En effet, cette animation est très peu pratiquée avec ce type de leurre, à tort car cela le fait ressembler à un poisson blessé ce qui est très prenant sur les carnassiers. Du point de vue de l’efficacité il n’y a rien à redire puisqu’il fonctionne sur tous les carnassiers de nos cours d’eaux que ce soit en rivières, fleuves ou eaux closes. Les principales espèces réagissant à ce leurre sont les perches, black bass, brochets et chevesnes mais aucune espèce n’est exclue. Le Gomoku spinnerbait permet un passage dans les zones de cover (d’obstacles) les plus encombrées grâce à son ingénieux système de lest pivotant. Plus concrètement, au contact d’un obstacle le lest ricoche est se place en position haute afin d’empêcher l’armement de se piquer malencontreusement . Ce système à bascule marche particulièrement bien et offre la possibilité de pêcher les zones jadis inaccessibles par peur de perdre nos leurres.

 

 
Vous pouvez l’agrémenter d’un trailer (leurre enfilé sur l’hameçon simple du spinnerbait). Pour ce leurre, je vous conseille d’opter pour des leurres de 3 pouces de type shad, finess, craw ou grub. Il s’agit de la taille idéale en parfaite concordance avec la longueur de la jupe à mon avis. Le seul point faible de ce leurre est sa fâcheuse tendance à s’emmêler au niveau du point d’accroche qui est une boucle de la corde à piano malheureusement non fermée ce qui fait que le corps de ligne s’y engouffre parfois. Or, lorsque cela survient, le leurre n’est pas pêchant.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

 

Affiché au prix de 9.99 euros, le Gomoku spinnerbait est assez bon marché bien qu’il existe des tarifs plus concurrentiels. On peut dire que la marque tient sa promesse avec un leurre de petite taille au prix attractif. Il est innovant grâce à son lest pivotant de bas en haut et permet d’exploiter les postes souvent inexplorés à cause des obstacles. Disponible en de nombreux coloris il saura pallier de nombreuses situations c’est pourquoi je vous le conseille.

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION