SAC A DOS NASH SCOPE OPS RUCKALL

Tests Carpe > Bivouac - Bagagerie Carpe

 

 

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

  

  

  

Testeur:
 
Jean M. / Non sponsorisé
 
  

Usage du Test :
 
Sessions courtes de journée, stalking + sessions de plusieurs nuits. Tous types de plans d’eau et rivières
 
 
 

Données constructeur : 
 
 Concept de sac à dos dépliable
47cm (H) x 40cm (L) x 25cm (P)
 Fermetures éclair renforcées
Poches frontales renforcées avec une coque EVA
Bretelles réglables rembourrées

  

  

  

  

 

  

 
 

Le choix de ma bagagerie en ce qui concerne mon matériel de pêche est un réel casse-tête pour moi depuis quelques années. Je suis passé par à peu près tous les types de sacs qui sont proposés aujourd’hui sur le marché, du petit carryall compact au sac à dos, en passant par des box en plastiques rigides ou encore un carryall XXL. Chaque solution présente son lot d’avantages, mais aucune ne trouvait grâce à mes yeux sur le long terme car j’étais sûr de pouvoir trouver une solution encore plus optimale. Lorsque j’ai vu le sac à dos Nash Scope OPS Ruckall, je pensais avoir enfin trouvé le Graal des sacs de transport grâce à son concept. Après plusieurs mois à traîner avec moi dans toutes mes pêches, il est temps de rendre le verdict : Ma quête du sac idéal est-elle arrivée à son terme ?

 

 

 

construction

 

 

Encombrement :
 
Comme indiqué dans sa description, le sac à dos Nash Scope OPS Ruckall est dépliable, c’est-à-dire qu’il se compose de 2 parties distinctes détachables et utilisables indépendamment l’une de l’autre.
 
Pour détacher ces parties, il y a une double fermeture éclair qui couvre toute la circonférence du sac dans le sens de la hauteur. En termes d’encombrement, ce sac est plutôt imposant pour un sac à dos : les mesures que j’ai pu faire donnent près de 50cm de haut pour 40cm de large et environ 28cm de profondeur. Il faut ensuite ajouter environ 4-5 cm de profondeur pour tenir compte des bretelles et des renforts de mousse au niveau du dos
 
Les paramètres qui sont donnés par le fabricant sont donc légèrement sous-évalués, ce qui peut être perçu comme un point positif si l’on considère que les fabricants ont tendance au contraire à surévaluer les dimensions de leurs produits.
 
En matière de poids à vide, là aussi nous avons affaire à un beau bébé car il accuse 3,5 kg sur la balance, dont 2 kilos pour la moitié de sac qui accueille notamment les bretelles.

 

 

 

 

 

Matériaux :
 
Si vous êtes un habitué de la gamme Scope OPS de Nash, vous ne serez pas dépaysé par ce Ruckall. En effet, la toile est la même que celle qui est utilisée sur toutes les bagageries de cette gamme. On remarquera toutefois que l’épaisseur et les rembourrages sont au rendez-vous et inspirent la confiance.
 
Comme souvent avec les bagageries en tissu, le tissu est plus ou moins imperméable mais l’eau risque de traverser si la pluie est trop soutenue. Je dirais que vos affaires sont protégées de l’humidité, mais qu’il est important d’abriter le sac si vous êtes sous la pluie et que vous voulez garder tout votre matériel au sec.
 
Les fermetures éclair sont de très bonne qualité, elles sont extrêmement larges ce qui est un gage de qualité et d’une bonne résistance à toutes les tensions qui pourraient les mettre à mal
 
Les clips sont également de bonne dimensions et inspirent la confiance, tout comme la base étanche du sac et le rabat protecteur (dont je détaillerai l’utilité dans la partie « protection ») qui sont d’une bonne épaisseur et résistent bien aux déchirures

 

  

  

 

 

Rangement :
 
Le sac à dos Nash Scope OPS Ruckall est doté de 4 poches distinctes présentant chacune une spécificité. Attardons-nous tout d’abord sur les poches qui se situent sur la moitié « inférieure » du sac, c’est-à-dire celle qui est utilisable en sac à dos en étant détachée de l’autre partie.
 
Sur cette moitié, nous avons en position haute une grande poche de 40cm de large pour 29cm de haut et environ 11cm de profondeur. En position basse, on retrouve une poche isotherme de 18cm de haut, avec les mêmes dimensions en largeur et profondeur que la première poche. A noter également que le séparateur entre les 2 poches est amovible, mais que contrairement à la plupart des séparateurs amovibles, celui-ci est très rigide. En effet c’est un reproche que je fais à de nombreux séparateurs amovibles, ils sont bien souvent trop souples ou mal fixés donc sont quasiment inutilisables, tandis qu’avec le Nash Scope OPS Ruckall il n’y a aucun problème pour transporter des éléments assez lourds (trousse à plombs par exemple) qui reposent sur ce séparateur.
 
Le fond de cette moitié de sac est constituée de 2 plaques de mousse entourant une planche de bois ( ! ). En termes de rigidité, on fait difficilement mieux, et cela se retrouvera sur la partie « protection », en revanche cette rigidité extrême peut s’avérer désagréable et peu pratique pour le portage au dos.
 
Pour la seconde moitié du sac, on retrouve là aussi 2 poches, la plus grande avec 29cm de haut et la plus petite (en position haute) avec 25cm de hauteur environ. Chaque poche possède une profondeur d’environ 15cm, soit 4 cm de plus que pour les poches de la première moitié du sac.
 
Ici aussi le séparateur des 2 parties est amovible, et il est possible d’accéder à la petite poche par l’extérieur du sac quand ce dernier est en position debout. Pour ce faire, il faut utiliser la fermeture éclair située en façade pour libérer une petite tablette. Bien que je ne l’utilise quasiment jamais, je trouve cette fonctionnalité plutôt astucieuse.
 
De chaque côté du sac, on retrouve des emplacements pour transporter des piques, avec à chaque fois 2 bandes élastiques espacées d’une dizaine de centimètres, et d’un emplacement en tissu dont le fond est fermé pour que le pique ne puisse pas tomber. Enfin, on retrouve en haut et en bas du sac, sur chaque moitié, des clips de fixation pour venir accrocher un tapis de réception de la gamme Scope. N’ayant personnellement pas de tapis compatible, ces boucles me sont complètement inutiles mais ont le mérite d’exister.

  

 

 

 

Pour résumer sur cette partie construction, je ne trouve pas de défaut majeur à ce sac Nash Scope OPS Ruckall. On regrettera peut-être l’absence de pochettes à l’extérieur du sac plus faciles d’accès ainsi que la taille et le poids vraiment imposants qui laissent présager des déconvenues pour la partie transport notamment.

 

 

 

performances

 

 

Facilité de transport :
 
Ce sac me pose un énorme problème en ce qui concerne cette partie précise.
 
Tout d’abord, évoquons le transport sur des longues distances. Lorsque vous n’utilisez que la moitié du sac, le transport est relativement aisé grâce aux bretelles et le rembourrage au niveau du dos est plutôt efficace. Bien entendu le poids dépendra grandement de ce que vous transportez, mais étant restreints par la place, le poids sera forcément plutôt faible.

Lorsqu’on utilise 100% de la capacité du sac, les choses peuvent se corser et l’ensemble peut très vite devenir assez lourd. En ce sens, les bretelles sont à mon avis sous dimensionnées, que ce soit au niveau de leur largeur ou de leur rembourrage. C’est dommage car le rembourrage est bel et bien présent et même plutôt agréable au toucher mais il aurait mérité d’être plus épais de quelques millimètres afin que les tensions au niveau des épaules soient mieux absorbées.
 
Les bretelles et la sangle ventrale réglables sont bienvenues et permettent de trouver une position plus ou moins confortable pour le transport, mais là encore des détails ne permettent pas de tirer pleinement satisfaction de ces éléments. En effet, la sangle ventrale n’est pas réglable en hauteur, ce qui ne permet pas de l’ajuster au niveau de la poitrine ou du ventre en fonction des préférences de chacun. Un point d’autant plus dommage quand on remarque qu’une sangle est cousue dans le prolongement de chaque bretelle dans un but 100% esthétique, laissant suggérer que la sangle ventrale est réglable en hauteur alors que ce n’est pas le cas.
 
On notera tout de même la présence de clips au niveau de la base du sac et à son sommet pour que les deux moitiés ne soient pas uniquement maintenues par la fermeture éclair et que l’ensemble soit mieux solidaire, rendant de fait le transport un poil plus aisé et améliorant la durée de vie des fermetures éclair.

  

 

 

 

 

Parlons maintenant du transport sur des courtes distances, qui ne justifieraient pas le port du sac sur votre dos. C’est assez simple, c’est probablement le pire sac qu’il m’ait été donné d’utiliser sur ce point précis. Tout d’abord, la présence d’une seule poignée pour un sac qui peut se déplier et s’utiliser en 2 parties distinctes. La seule réaction qui me vient à l’esprit est : Pourquoi ?
 
Effectivement, j’entends l’argument (tout à fait valable en théorie, mais beaucoup moins en pratique, vous verrez…) qui dirait que cette moitié du sac est avant tout destinée à être transportée sur un chariot si les 2 moitiés sont désolidarisées, et que si les 2 moitiés sont accrochées entre elles, les bretelles ou la poignée unique répondent à ce besoin
 
Encore faudrait-il que cette poignée soit solide et efficace ! Malheureusement ce n’est pas du tout le cas, à cause de sa conception même en tissu élastique. Lorsque le sac est chargé et qu’on l’utilise à 100% de sa capacité, les tensions exercées sur la toile lors de l’utilisation de la poignée sont extrêmes, et l’effet de rebond généré par l’élasticité de la poignée est des plus inconfortables.
 
Bien sûr tout n’est pas à jeter, mais je trouve regrettable le fait qu’un sac à dos pensé pour les pêcheurs mobiles souffre de lacunes au niveau de sa conception même qui peuvent transformer le transport en véritable calvaire, même sur des distances de quelques dizaines de mètres.

  

  

 

 

 

Protection des affaires :
 
Comme évoqué dans la partie Construction, la toile utilisée est plus ou moins étanche sans être totalement imperméable, comme c’est le cas pour de nombreux produits dans de nombreuses marques. Je ne m’étendrai donc pas sur la toile en elle-même tant c’est une caractéristique que l’on retrouve sur 90% des produits de bagagerie carpe (même s' il faut noter la bonne qualité de cette dernière)
 
Un point intéressant concerne la base du sac est le rabat imperméable, permettant de protéger la partie avec les bretelles et le dossier du sac. Ce rabat peut s’enrouler et se fixer avec des boucles élastiques pour dégager les bretelles et permettre leur utilisation, mais si vous souhaitez poser votre sac à plat sur une surface mouillée, vous pouvez le zipper et créer une base imperméable pour votre sac. Un gros point fort à mon sens pour ce sac, même si cela condamne les bretelles, avec tous les désagréments au niveau du transport que cela peut engendrer...
 
Personnellement, j’aurais préféré que la base imperméable (celle qui se situe en dessous du sac est qui n’est pas zippée) soit plus couvrante et remonte légèrement sur les bords pour plus d’efficacité.
 
En effet, si on pose son sac dans des herbes un peu hautes, ou si le Ruckall est fortement chargé, les bords auront tendance à traîner dans l’humidité.

  

 

 

 

 

En ce qui concerne la protection du matériel contre les chocs, c’est ici une grande réussite. La planche de bois et les coques rigides permettent de protéger vos affaires efficacement et compensent largement l’absence de rembourrage sur les flancs du sac à dos. C’est en effet un point qui peut surprendre à première vue, mais sur les côtés on ne retrouve que de la toile, la rigidité globale de l’ensemble et la manière d’utiliser ce sac ne justifiant pas forcément de renforts à cet endroit.
 
En effet, que ce soit sur un chariot ou en voiture, les chocs et points de pression se situeront quasi exclusivement sur la partie dorsale du sac ou sur sa façade.
 
Dommage donc que ce Nash Ruckall souffre de tant de problèmes sur la partie transport et sur sa praticité d’utilisation, car sur la partie purement protection c’est une grande réussite

 

 

 

 

 

rapport performances / prix

 

 

Le Nash Scope OPS Ruckall est proposé au prix public conseillé de 186,99 €. C’est bien simple, c’est un des sacs à dos les plus chers du marché, et dans ces conditions il n’est pas possible de parler d’un bon rapport Performances/Prix. D’une part parce que le prix est extrêmement élevé et d’autre part car les performances ne justifient pas un tel prix à mon sens. Certes la qualité des matériaux est bonne, tout comme le concept de proposer un sac dépliable qui peut s’utiliser de plusieurs manières différentes. Toutefois, la galère que représente le transport de ce sac conçu à l’origine pour les pêcheurs mobiles est un point presque éliminatoire au moment de juger de la qualité de ses performances.
 
Enfin, bien que les résultats soient au rendez-vous en termes de qualité de fabrication et de protection du matériel, je n’arrive pas à voir quelles caractéristiques ou quels aspects de fabrication justifieraient un prix de presque 200 € pour un sac à dos qui n’est pas facile à transporter.

 

 

 

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION