TROUSSE DAIWA EMERALDAS

Tests Mer > Accessoires Mer

 

 

 

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

 

 

 

 

 

Testeur :
 
Elie B - Non sponsorisé
 
  

Usage du Test :
 
Pêche des céphalopodes en Bretagne sud ouest
 
  

Données constructeur :  
 
Taille S - 190mm x 150mm x 25mm
Taille M - 250mm x 190mm x 30mm

 

  

 

  

  

De par leur forme, leur armement et leur certaine fragilité, les turluttes sont des leurres difficiles à stocker. Heureusement certaines marques comme Daïwa propose des moyens pour les ranger efficacement comme la trousse Emeraldas que j’utilise depuis plusieurs années et qui fera l’objet de ce test.

 

 

construction

 

 

 

Dimensions :
 
La Daiwa Emeraldas est une trousse de rangement destinée à accueillir des turluttes (leurres pour le pêche des céphalopodes (calamar, seiche, poulpe)). Cette trousse n’en est pas vraiment une. Elle ressemble plus à une pochette. Elle est disponible en deux tailles S et M. La première mesure 190 millimètres de longueur par 150 de largeur et 25 millimètres de hauteur. Elle permet de ranger 8 egis (turlutte en japonais) de 8 à 11 centimètres. Quant à la seconde pochette, celle-ci mesure 250 millimètres de longueur par 190 de largeur et 30 de hauteur. Cette dernière peut accueillir 10 egis de 11 à 15 centimètres.

 

  

 

 

Conception externe :
 
Cette trousse possède un fond rigide et un couvercle en plastique souple transparent où l’on retrouve la mention “Emeraldas” et le logo imitant un calamar. Ces illustrations font écho à la gamme Daiwa spécialement dédiée à l’eging (pêche des céphalopodes). La fermeture et l’ouverture de la trousse Daiwa Emeraldas se font grâce à une fermeture éclair à deux fermoirs. Les jonctions et les protections des bords de la pochette sont faites en Cordura d’une grande résistance.

  

 

 

 

Conception interne :
 
La fixation des turluttes dans la trousse se fait grâce à une plaque en mousse Eva haute densité dans laquelle sont prémoulées des fentes visant à coincer le plomb du leurre afin qu’il reste fixe. Cette plaque de mousse est placée au milieu du fond rigide de l’Emeraldas. Cela permet de laisser un espace sur chaque bord pour laisser le panier (hameçon fait d’une ou deux couronnes de pics) calé dans un creux afin qu’il assure une sorte de deuxième point d’ancrage dans la trousse. L’espace à l’avant permet de laisser libre le “nez” de l’egi pour s’adapter en fonction des tailles. Pour protéger la boîte des pics, une languette en plastique est fixée directement sur le fond.

  

 

 

 

La trousse Daiwa Emeraldas a tout d’une bonne pochette pour stocker ses turluttes.

 

 

 

performances

 

 

Performances en pêche :
 
En pratique les deux modèles de trousses permettent d’embarquer avec soi une plus grande diversité de turluttes que ce qu’annonce la marque Daïwa. En effet la S permet de stocker efficacement des modèles de 6 à 9,5 centimètres ce qui correspond à des tailles d’egis de 2.2 à 3.0  Et la M permet quant à elle de stocker des leurres de 9,5 à 15 centimètres ce qui correspond à des tailles de 3.0 à 4.5.

  

Les logements qui sont prévus pour maintenir les egis sont efficaces lorsque que les pochettes sont posées à plat dans un sac rectangulaire comme un bakkan par exemple. Mais la pratique de l’eging étant itinérante, j’utilise un sac bandoulière ce qui fait que les pochettes se retrouvent à la verticale. Dès que je bouge, les turluttes sortent de leur logement et sont libres dans la pochette. J’ai donc trouvé une parade à ce problème de taille : je positionne les leurres sur le flanc, posés les uns à côté des autres. D’une part ils ne bougent plus de tout car ils sont placés l’un contre l’autre. D’autre part cela me permet d’en stocker plus dans une seule pochette. Par exemple dans le modèle S d’origine, huit turluttes sont stockables du moment que leurs tailles se trouvent entre 2.2 et 3.0 mais, grâce à cette technique, je peux ranger 11 turluttes 2.2, 10 en taille 2.5 ou 9 en taille 3.0. Cela évite ainsi d’acheter une pochette supplémentaire pour stocker votre surplus.

  

 

 

 

Résistance :
 
L’Emeraldas est fabriquée avec des matériaux solides mais à force d’être utilisée elle s’abîme. En effet le plastique transparent du couvercle a tendance à se ternir et à se rayer assez facilement au fur et à mesure des saisons de pêche. De plus, à cause de l’air marin et de l’humidité ambiante par temps de pluie, la fermeture se gorge de sel et devient extrêmement dure à ouvrir. Mais on peut enlever ce dépôt de sel en appliquant une bombe grasse. Personnellement j’utilise du T9 Boeshield ou du WD40. En plus de faire partir le dépôt, ces produits vont permettre de protéger la fermeture éclair.

  

 

 

 

La trousse de rangement Daïwa Emeraldas propose des prestations relativement bonnes mais qui pourraient être améliorées. Notamment avec un rangement plus efficace ou une fermeture éclair moins sensible au sel.

 

 

rapport performances / prix

 

 

 

À plus de 20 euros dans son modèle M, la trousse Daiwa Emeraldas est onéreuse. Sa construction est assez bonne et relativement bien étudiée notamment grâce au rabat pour protéger les paniers ou encore les fentes prévues pour bloquer le plomb des turluttes. Mais ses performances en action de pêche, elles, sont nettement moins intéressantes lorsqu’on l’utilise d’origine avec un sac bandoulière et régulièrement. En effet, le sel se dépose facilement sur la fermeture et peut la bloquer et les turluttes sortent facilement de leurs compartiments. Heureusement il y a des parades pour pouvoir l’optimiser et la faire durer dans le temps ! 

 

 

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION