TURLUTTE DTD REAL FISH BUKVA

Tests Mer > Leurres Mer > Leurres Métalliques Mer

 

 

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

 

Testeur : Nicolas J - Non Sponsorisé

  

Usage du Test : Pêche des calamars en Bretagne Sud Ouest

  

Données constructeur :  80 mm - taille #3.0 - vitesse 6 m/s - 13,2 g

  

  

  

  

La marque Croate Dtd conçoit et fabrique du matériel egging depuis 28 ans. Elle ne cesse d’innover comme avec le produit que je vais vous présenter : la turlutte Dtd Real Fish Bukva.

 

 

 

CONSTRUCTION

 

 

 

Données constructeurs :
 
Dtd a décliné la turlutte Real Fish Bukva en 5 tailles allant de #1.0 à #3.0 puis proposée en sept coloris. Pour ce test, j’ai choisi le modèle #3.0 possédant une vitesse de descente de 6 secondes par mètre pour un poids de 13,2 grammes. Cette turlutte fait partie de la famille des  « Tataki ».

  

  

 

 

Le corps :
 
La Dtd Real Fish Bukva possède un corps totalement ovale qui s’affine sur les extrémités. Aucun détail n’est à relever sur le corps qui est totalement basique mais d’une bonne qualité de construction.
 
On va retrouver les deux plumes de chaque côté au niveau des ouïes puis des yeux holographiques de couleur rouge et le dernier détail présent sur les nouveaux modèles de la marque : un pou de mer ! Appeler aussi Anilocra physodes qui s’alimente du sang et du mucus du poisson.

  

 

 

 

Armement :
 
Elle est munie d’un double panier avec 12 pointes chacun. Le tout est fixé solidement dans le corps et tenu par une bague plastique phosphorescente. Le piquant des paniers est performant. De plus aucune tâche de rouille n’est à constater même après plusieurs sessions.

  

  

 

 

 

Coloris :
 

Dtd propose de nouveaux coloris avec le concept « Real Fish / Fish Skin », censé reproduire la couleur et les détails sur la peau de poisson. Ils ont choisi des poissons tels que le maquereau, le chinchard, le sar, le pagre … Ces différents coloris sont donc dans l’ensemble bien reproduits créant cet effet de mimétisme. On va retrouver également un signal rouge pour représenter les ouïes.

 

Un point négatif tout de même : les coloris proposés sont neutres et à mon goût pas assez poussés pour ressembler à de vrais poissons. Ce qu’il manque, c’est la partie brillante/flash des écailles qui se reflètent et qui n’est pas présente sur ce leurre.
 
 

 

 

Nouveau modèle, nouveau concept. Dtd a su proposer un produit résistant que ce soit au niveau du tissu, du panier ou même des détails ajoutés. Cependant leur nouveau concept « Fish skin » n’est pas concluant avec des couleurs semblables à de vrais poissons, mais avec un mimétisme loin d’être parfait.

PERFORMANCES

 

 

Pour ce test, j’ai utilisé un matériel adapté type Médium Light composé d’une canne de 220 centimètres d’une puissance de 5 - 18 grammes équipée d’un moulinet en taille 2500.

  

  

 

Distance de lancer :
 
La Ddt Real Fish Bukva est une turlutte « Tataki ». Par conséquent elle doit forcément être montée sur un montage drop-shot ou en potence. La distance variera suivant le plomb ou son poids en bas du montage. De par sa forme et sa masse, on peut dire qu’elle se lance relativement bien et loin. Cependant, avec ce genre de pêche, il faudra oublier la précision au centimètre près surtout par temps venteux.

  

 

 

 

Profondeur de nage et animations :
 
La turlutte Dtd possède une vitesse de descente de 6 sec/mètre, mais en réalité la vitesse de descente va dépendre encore du plomb du montage ou du poids de la turlutte en bas du montage. Bien sûr, une turlutte plombée comme celle-ci aura des avantages, car à contrario des turluttes flottantes « Oppaï », celle-ci ne va pas freiner la vitesse de descente du montage. Autre avantage, son poids rend la turlutte beaucoup plus naturelle lors de l’animation.
 

On en vient donc à la partie animation. Rien de bien compliqué sachant qu’elle sera fixée en potence à votre montage. Que ce soit en bateau ou du bord, le but est d’atteindre le fond et d’animer légèrement par de petites tirées tout en gardant le contact avec le fond. Cela est censé représenter une proie en fin de vie en la laissant visible et accessible par son prédateur.

  

  

 

 

Utilisation et conseils :
 
Sur les différentes sessions où j’ai pu tester cette turlutte, est ressortie une situation bien spécifique où elle fonctionne. Son corps n’est pas phosphorescent, il n’émet pas de sonorité et le coloris ne brille/scintille pas. Par conséquent, elle ne peut fonctionner que par eau très claire en journée. Je pousserais la chose même plus loin en disant que l’idéal serait de l’utiliser en début de saison lorsque les encornets sont de petites tailles, en l’animant sur des fonds sableux tôt le matin en verticale depuis son bateau. Sinon les résultats ont été dans l’ensemble plutôt maigres.

  

  

  

La turlutte Dtd Real Fish Bukva aurait pu être une très bonne turlutte. Cependant la marque a choisi de se concentrer sur la forme avec les coloris « Fish Skin » plutôt que sur le fond. Par exemple une base phosphorescente ou UV aurait pu être intéressante.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES / PRIX

 

 

À quasiment 13 euros pièce, la Dtd Real Fish Bukva est aussi coûteuse qu’une turlutte dite « classique » mais sans les avantages. En restant dans sa catégorie (turlutte Tataki) elle est parmi les modèles les plus chers, et franchement, aujourd’hui encore, j’aurais du mal à argumenter pourquoi son prix est si élevé. Certes, le produit est solide. Il répond aux attendus techniques initiaux, mais le concept « Fish Skin » de mon point de vue, fait augmenter le prix et diminuer les performances de celle-ci.

 

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION