FLOAT TUBE SEVEN BASS CAMOU FIRST

Tests Navigation > Float-tubes

 

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Maxence D - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche des carnassiers en rivière et en lac

 

Donnees constructeur :

Largeur : 110cm - Longueur : 130cm - 4kg- Charge maximum tolérée : 113kg

   

  

Le float tube, cette petite embarcation est un moyen très amusant de prospecter des zones inaccessibles, le tout pour un coût bien moins élevé qu’un bateau. J’étais à la recherche d’un float tube à chambre à air peu coûteux et je vous partagerai donc à travers ces lignes mon ressenti sur le float tube de chez Seven Bass, le Camou first, décliné en pack comprenant une pompe à pied, des sangles de transport, des palmes et un sac de transport. 

NB: Le float tube comme toute discipline embarquée comporte des risques. Nous ne pouvons que vivement vous conseiller de vous équiper d’un gilet de sauvetage et de sortir accompagné en cas de problème.

 

 

CONSTRUCTION

 

Comme dit plus haut, le Camou First est donc un float tube à chambre à air, mais qu’est-ce qu’un float tube à chambre à air me direz-vous?

C’est un float tube possédant des boudins gonflables à l’intérieur de son enveloppe, on ne gonfle donc pas le float tube en lui même comme sur les modèles en PVC mais des boudins situés à          l’intérieur. Les boudins sont cloisonnés à l’aide d’une fermeture éclaire parcourant tout le long de votre float tube. Attention à ne pas crever le boudin à la fermeture et petit conseil au passage, appliquez sur les boudins du talc lors du premier gonflage pour qu’ils épousent parfaitement la forme du float tube sans vriller.

 

 

Pour le Camou First les parties gonflables se trouvent donc: 

Sur les flancs, un boudin de chaque côté logé dans leurs emplacements. Vous devrez ensuite faire    sortir la valve par le trou sur l’enveloppe prévue à cet effet. Un double boudin augmente la sécurité à bord en cas de crevaison. En effet si un des boudins se perce, vous devriez pouvoir retourner au bord à l’aide de votre gilet de sauvetage et le boudin restant. Deux autres boudins gonflables compose votre assise et votre dossier, l’avantage d’une assise gonflable c’est de pouvoir la moduler en fonction de sa morphologie, composition augmentant sa longévité. L’inconvénient est qu’elle est moins confortable que de la mousse par exemple et surtout qu’elle risque de se percer. Voilà pour la petite partie système de flottabilité, maintenant passons dans le vif du sujet. Le Seven bass Camou First est de forme en V, plus hydrodynamique elle permet de moins se fatiguer lorsque l’on palme, mais l’intégration d’un moteur tient alors plus du bricolage. La toile de ce float tube est faite en denier 900D (du polyester) ce qui la rend, robuste, étanche, et de plus elle sèche rapidement( votre coffre vous en remercie ), à contrario elle freine le float car sa surface n’est pas totalement lisse. Niveau coloris le float en possède plusieurs, comme le Camo sur l’extérieur et tout noir sur l’intérieur, on gagne donc en discrétion pour la pêche mais attention aux autres embarcations qui ne vous verrons pas forcément.

 

 

L’assise est recouverte du même tissu que la « coque » du float, elle est positionnée assez haute sur l’eau et les fesses restent au sec. Attention à ne pas trop sur-gonfler votre assise, elle deviendra vite inconfortable et risquera d’éclater par forte chaleur. Le dossiers est réglable par 2 sangles situées à gauche et à droite du siège qui sont harnachées dans la partie arrière du float tube. Un coloris plus flashy pour la sécurité aurait été préférable mais cela reste quand même assez esthétique. A l’arrière le fond est percé pour permettre à l’eau de s’évacuer. Vous pouvez loger dans cet emplacement un bakkan de taille classique (oubliez les XL), ceci afin de gagner de la place et une aisance dans le dossier. A l’avant de votre float tube vous trouverez un tablier possédant une règle graduée, pas tout à fait juste, oubliez la en compétition, pour privilégier le bon vieux mètre. La toile graduée possède des petits trous afin de permettre à l’eau de s’évacuer, elle est maintenue sur la partie la plus proche de vous par 2 bandes velcro de chaque côté. Sur l’avant une barre en plastique que l'on doit emboîter à la livraison vient se loger dans un petit tube en tissu fait pour l’accueillir, vous avez juste ensuite à loger le tube dans les 2 emplacements présents de chaque côté de votre float tube pour qu’elle soit maintenue en place. 

  

 
Une fermeture par clip qui, passera sous votre float tube et remontera entre vos jambes, doit venir s’attacher sous cette barre, sécurité supplémentaire pour ne pas glisser par en dessous. Sur les flancs du Camou First, vous trouverez deux poches trop petites à mon goût. N’espérez pas   ranger à l’intérieur une boîte de leurre dur de belle taille, elles sont justes suffisantes pour des leurres souples, ou des outils. Elles sont façonnées dans le même tissu présent sur le reste du float tube de couleur camo et avec le logo seven bass. Ces pochettes ne peuvent être désolidarisées du float tube et c’est bien dommage. Elles possèdent une fermeture éclaire étanche aux éclaboussures, j’ai rangé mon téléphone à l’intérieur sur une session de 8 heures sous la pluie il en est ressorti sec. Sous ces deux poches deux anneaux de suspension sont disponibles à leurs extrémités, vous aurez donc de quoi mettre un peu de matériel en sécurité grâce à une ligne de vie. Ces deux anneaux sont cependant bien insuffisants si on commence à vouloir fixer une épuisette, un sondeur autonome ou d’autres accessoire tel qu’un porte canne.

 

 
En dessous du float tube vous pourrez attacher les 2 sangles de transports fournies avec, pensez à bien les retirer avant la mise à l’eau, au risque de se retrouver accroché à un arbre immergé. Pour un float tube d’entrée de gamme je trouve qu’il est construit de façon passable car il possède des poches trop petites, une règle graduée mal graduée, un logement arrière bien trop faible où le bakkan passera de justesse. Pour loger ensuite un sac de casse croûte ou autre, ça relève du parcours du combattant. Dans le pack oubliez la pompe et les palmes. La pompe est trop peu puissante vous passez plus de 10 minutes au gonflage, et les palmes sont raides comme des cailloux, elles font l’affaire pour 1 voire 2 sorties mais le système de fermeture par clips sur lanière devient vite lache et vous allez perdre une de vos palmes, un bien trop gros jouet pour nos amis les écrevisses.

 

 

PERFORMANCES

 

Au niveau de ses performances, le Seven Bass Camou first réalise ce que l’on attend de lui, IL FLOTTE ! 


Une fois le float tube assemblé rendez vous au bord de l’eau, réglez à votre guise l’assise et c’est parti. Pour moi qui ai tendance à souffrir régulièrement du dos, l’assise c’est vite montrée assez inconfortable au niveau lombaire peu importe les réglages, mais malgré tout on pêche sans avoir les fesses dans l’eau tout en restant quand même un peu trop bas pour analyser le fond en eaux claires. Vous remarquerez vite que la barre en PVC située dans la règle graduée est très lâche. C’est la première chose qui m’a dérangé, si vous bougez un peu trop le bassin, la barre sortira de sont logement, ce qui sera problématique si vous avez posé une boîte de leurre dessus. Heureusement que 2 clips sont présents pour une sécurité supplémentaire. Autre petit problème de cette barre : la mienne a cassé lors d’un combat car j’ai eu un réflexe assez dommageable :  j’ai mis mon genou contre cette barre. Elle a cassé net au centre. Pour la remplacer j’ai bricolé une barre en aluminium que vous trouverez en grande surface.

 

 
Au niveau de la navigation le Seven bass Camou First se manie bien, aidé sans aucun doute par une forme dite en V, il va où l’on veut mais souffre d’une trop grande portance au vent, et vous devrez palmer pour maintenir un axe correct. Pour ceux qui n’en n’ont jamais fait réalisez bien qu’un float tube est très lent et qu’il n’est absolument pas fait pour couvrir de grandes distances. Le logement arrière où vous pourrez loger un bakkan est légèrement trop petit, un bakkan de taille classique rentre tout juste. Si vous envisagez une session d’une journée complète vous allez devoir passer maître dans l’art du Tetris. Malheureusement ajouté à cela des poches latérales trop petites malgré ce que le constructeur annonce et vous comprendrez vite que le Tetris prendra tout son sens pour loger, bakkan, casse-croûte, eau, vêtement de pluie, etc…. Oubliez le moteur, la batterie et le sondeur ou vous allez vous transformer en mulet.

 

 
Me situant dans la partie des gros gabarits (plus de 90 kilos) le Seven bass Camou First me supporte quand même bien et peut-être qu’un gabarit plus léger ne souffrira pas de douleur lombaire, mais au niveau de la flottabilité rien à redire. Le Camou First est un float tube d’entrée de gamme, sans énormes défauts non plus mais plein de petit défaut un peu partout. Pour être franc j’envisage déjà après 6 mois d’utilisation son remplacement futur, étant donné que le nombre de mes sessions augmente.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

 

Disponible uniquement en pack comprenant un float tube, une pompe, des palmes, un kit de réparation, des bretelles et un sac de transport pour un prix de 109 €  nous sommes donc là en présence d’un float tube d’entrée de gamme. Pour 2 à 3 sorties par mois de 3 à 4 heures ce Float tube s’en sortira très bien. Au-delà on manque cruellement de confort et d’espace. On ne peut pas non plus trop lui en vouloir pour un tel prix, car il permet au plus grand nombre de s’essayer à la pratique sans se ruiner, et le sentiment de liberté que procure le float tube mérite d’être connu de tous.

 

POINTS FORTS

  • Prix
  • Design
  • Accessoires fournis
  • Forme en V

POINTS FAIBLES

  • Qualité des accessoires
  • Portance face au vent
  • Poches trop petites
  • Barre anti-chute mal ajustée et fragile
  • Manque de place
  • Manque d’anneaux de suspension

CONCLUSION

 

Le Seven Bass Camou First est un float tube à chambre à air incorporée. Plus fragile que ses cousins en PVC, le Camou First est tout de même relativement robuste sur ce point. Souffrant de quelques petits défauts, le fond en toile freine le float tube, l’assise manque de confort et la barre en PVC située dans la règle graduée est mal agencée et fragile. Un cruel manque de place à l’arrière se fait ressentir, d’autant plus que les poches sont minuscules et que les anneaux de suspension sont trop peu nombreux (4 au total). Malgré ces points faibles, il se montre maniable en l’absence de vent et est fourni avec le strict nécessaire pour naviguer mais ces accessoires sont de faible qualité là aussi. C’est un float tube d’entrée de gamme sans énorme défaut rédhibitoires à un prix plus qu’attractif, qui permettra tout de même aux débutants de se faire la main sans se ruiner.