CANNE DAIWA SYLVER CREEK

Tests Truite > Cannes Truite

 

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Fabrice L - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche de la truite aux leurres en ruisseaux et petites rivières

 

Données constructeur :

183 cm pour 85 g avec une puissance de 2-6 g, 2 brins. Encombrement de 95 cm.

Données mesurées par le testeur :

183 cm de long - 79 g en masse totale - Talon 30 cm

   

 

En période d'étiage ou pour les pêches estivales en wading, il est intéressant, lorsque vous aimez traquer la truite aux leurres, de posséder une canne courte et de faible puissance pour utiliser des lignes les plus discrètes possibles. J'ai donc testé la canne Daïwa Silver Creek SC602ULFST mesurant 183 cm, en 2 brins, et d'une puissance de 2 à 6 grammes (puissance annoncée). Je l'ai couplée à un moulinet Daïwa Légalis en taille 1000 avec un nylon en 14/100.

 

 

CONSTRUCTION

 

La série Silver Creek fait partie de la section « Ultra Léger » chez Daïwa. On dénombre 5 modèles dont deux à 183 cm, deux à 198 cm et un à 213 cm. On pourrait même y associer la série avec anneaux AGS sur laquelle je reviendrai. Il est à noter que, parmi ces cinq modèles, trois bénéficient d'un scion plein en carbone (Un en 183 cm, un en 198 cm et celui de 213 cm). Pour les différencier, c'est simple il suffit de lire le nom de la canne : Si celle-ci se termine par FSS, le scion est plein. Si le nom se finit par FST, comme c'est le cas pour le modèle testé, c'est un scion creux. La première question que vous devez vous poser concerne ce scion. Faut-il un scion plein ou un scion creux ? Pour vous aiguiller dans votre choix, sachez qu'un scion plein est plus sensible et plus résonnant. Il est également beaucoup plus flexible. Par conséquent, il vaut mieux le choisir si vous pêchez principalement aux leurres souples. Lorsque vous pêchez en plein courant, sur une pêche aval, la traction exercée par un poisson nageur ou une cuiller fera considérablement plier le scion ce qui se révèlera pénible à l'usage. Le scion creux sera plus rigide et un peu moins résonnant mais beaucoup plus agréable avec des cuillers ou des poissons nageurs. Bref, il n'y a pas d'obligation ou de règle absolue mais, en général, scion plein = leurres souples et scion creux = leurres durs.

  

 

La Silver Creek SC602ULFST est livrée dans un étui en tissu type Cordura très fin, noir et compartimenté afin de séparer les deux brins. C'est bien vu car c'est une canne fine donc pas de risque que l'un des brins n'abîme l'autre. Elle est équipée de 8 anneaux Fuji KR Alconite. Pour les scions pleins, ce sont même 9 anneaux. Pour ceux qui veulent gagner en qualité, ils peuvent toujours prendre la Creek équipée en anneaux AGS. C'est une spécificité de Daïwa qui vend presque tous ses modèles avec ou sans anneaux AGS (anneaux en carbone, légers et rigides). Par contre, le prix sera nettement plus élevé. Sachez que les anneaux fournis avec cette canne m'ont totalement satisfait. Le Blank est en carbone haut module. Il n'est pas verni à part au niveau des anneaux et près de la poignée. Cela permet de gagner du poids et de la sensibilité. L'emmanchement est inversé et suffisamment profond pour être solide. Un accroche-leurre Fuji est fourni avec la canne. C'est bien pratique ! Il faut juste être soigneux avec lui car il n'est pas très solide. Le talon, qui mesure 30 cm, est majoritairement fait en liège. Ce liège est très clair et s’assombrit très rapidement à l'endroit où vous mettez la main. Ce qui donne vite une différence de teinte un peu inesthétique. Les différentes parties du talon sont séparées par des pièces en forme d'anneaux de couleur dorée du plus bel effet. Pas d'oxydation observée.

   

 

Le porte-moulinet est tubulaire et également de marque Fuji. La partie antérieure se visse pour fixer le moulinet. Une fois vissée, celui-ci  ne bouge pas. On trouve du liège même au niveau du porte-moulinet, avec un petit décrochage c'est-à-dire une différence de niveau entre les deux bagues de serrage. On aime ou on n'aime pas. Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de mettre du liège là et j'aurais préféré un contact direct avec le blank. Ou, comme pour certains concurrents, avec du bois dur, quitte à avoir une excroissance plutôt que ce décrochage. Il n'y a pas grand-chose à dire concernant la qualité de la finition. Pas de défaut particulier, c'est propre et plutôt bien fini. La canne Daïwa Silver Creek est plutôt bien finie. Les composants sont de qualité même si j'émets un bémol concernant la poignée en liège qui perd vite sa couleur claire au niveau de la prise en main et du porte-moulinet. Cette section aurait pu être conçue de façon à rendre la canne plus sensible.

 

 

PERFORMANCES

 

Commençons par l'action de la canne. Le constructeur l'annonce comme progressive très sensible. C'est probablement vrai avec le scion plein « Solid Tip ». Ici, je qualifie l'action de « Moderate Fast ». L'action se situe essentiellement sur la première moitié de la canne mais, lorsque vous ramenez un poisson nageur ou une cuiller, seule le dernier quart plie et de façon très contenue. Bref, cette canne n'est pas du tout une « nouille » (canne qui plie excessivement et manque de puissance) ce qui est le défaut de nombre de ses concurrentes. Le ressenti lorsque vous faîtes nager vos leurres est excellent ainsi que lors du ferrage. Vous n'avez pas en main une canne qui se plie en deux face à la moindre tirée. Néanmoins, il ne s’agit en aucun cas d’une « trique » (canne trop raide). L'action est bonne mais plutôt souple. Le petit bémol est un petit manque de puissance sur de gros poissons mais pour l'usage à laquelle elle est destinée, c'est-à-dire les truites en ruisseaux et petites rivières, elle sera suffisante. Elle bride sans problème les truites d'une trentaine de centimètres. Si votre région abrite majoritairement des poissons de 50 cm et plus (veinards…), elle manquera clairement de nerf.

   

 

On ressent bien les touches, plus que je ne l'imaginais. Si, comme moi, vous utilisez plutôt des leurres durs mais ne dédaignez pas les leurres souples, la sensibilité est tout à fait suffisante pour les deux, même si, aux leurres souples, on sent que cela pourrait être plus optimisé. Un contact plus direct avec le blank au niveau du porte-moulinet, comme je l'ai déjà dit dans la partie « Construction », aurait apporté un plus indéniable. Le petit décrochage entre les deux bagues de serrage est plutôt un inconvénient à l'usage surtout pour la résonance. Mais il est vrai que la truite fait des touches facilement détectables et que vous n'utiliserez pas cette canne pour des sandres chipoteurs. Au niveau du confort, en couplant cette canne à un moulinet léger en taille 1000, vous obtiendrez un ensemble très agréable et léger. Une canne de 85g (et même 79g mesurés) c'est appréciable. Vous n'aurez donc aucune fatigue en l'utilisant pendant des heures. La prise en main est ergonomique et accentue encore l'impression de confort. En ce qui concerne la distance de lancer, la souplesse de cette canne est un avantage qui permet d'atteindre d'excellentes distances même avec des leurres de faible grammage et sans effort. 

   

 

La puissance annoncée de 2-6 g me paraît surestimée. Dès que l'on passe à plus de 5g, on sent que la canne n'est pas très à l'aise. Au contraire, pêcher avec des leurres de moins de 2g ne lui pose aucun souci. Si je devais annoncer une puissance, ce serait plutôt 1-5g. La différence est faible mais significative sur de l'ultra léger. Une impression positive concernant cette canne qui est souple mais pour autant pas une « nouille ». Sans être très puissante, elle se révèle suffisante pour des truites de taille classique et agréable à l'usage. Elle est un tout petit peu surestimée au niveau de sa puissance et l'espace entre les deux bagues de serrage du moulinet aurait pu être amélioré pour augmenter sa sensibilité.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

 

Pour 109€, elle rentre en concurrence avec plusieurs modèles de cannes autour de 100€ et, franchement, elle les vaut largement. La finition est bonne, le blank est souple, agréable et la canne légère. La Silver Creek  SC602ULFST permet d'atteindre des distances de lancer intéressantes et vous ne serez pas pris au dépourvu face à un beau poisson. Je vous conseille de la considérer comme une 1-5g plutôt que comme une 2-6g car, à mon avis, elle est légèrement surestimée. Le bémol concerne la partie entre les deux bagues de serrage du moulinet qui est en liège et un peu trop basse. La remplacer par un bois dur ou un contact direct avec le blank aurait permis d'obtenir plus de résonance, même si celle-ci est déjà satisfaisante.

 

POINTS FORTS

  • Finitions
  • Distances de lancer
  • Souple mais pas trop
  • Bon rapport qualité-prix
  • Légèreté

POINTS FAIBLES

  • Espace entre les deux bagues de serrage en liège et trop bas
  • Puissance un peu surestimée
  • Liège clair qui fonce vite au contact des mains

CONCLUSION

 

La canne Daïwa Silver Creek  SC602ULFST est une canne offrant un bon rapport qualité-prix. La finition est très satisfaisante pour le prix, tout comme sa légèreté et sa prise en main. Le blank est souple sans excès et permet d'obtenir de bonnes distances de lancer et de fatiguer sans difficulté des truites de taille moyenne. Elle n'est pas à conseiller pour des poissons trophées car, dans ce cas, elle manquera de puissance. Sa plage d'utilisation de 2-6g est légèrement surestimée et son scion creux est plus adapté aux leurres durs alors que le scion plein, plus souple et résonnant, sera adapté aux leurres souples. L'espace entre les bagues de serrage du moulinet est en liège et un peu trop bas. C'est le point faible de la canne car avec une partie plus développée en bois dur par exemple, elle aurait encore gagné en sensibilité.