FLUOROCARBONE PARALLELIUM HYBRID PRO

Tests Truite > Fils Truite

 

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Thibault R - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Pêche de la truite en moyenne rivière en spinning

 

Donnees constructeur :

16/100 - 5,7lb - 2,6kg

Mesures Fishandtest :

0.185 mm – 26.3 N - 2.68 kg - 40.38% (allongement à la rupture)

   

  

Alors que le débat entre nylon et tresse fait rage parmi les pêcheurs, j'ai pris la décision d'essayer ce qu'une minorité défend corps et âme : de pêcher la truite uniquement avec du fluorocarbone. Je souhaitais toutefois un monofilament se démarquant des autres mais surtout de qualité. C'est ainsi que je me suis tourné vers la célèbre marque française Parallelium. J'avais déjà essayé leur monofilament Hybrid Pro (FHP) en 25/100 et en 37/100 pour pêcher le sandre et le brochet en l'utilisant en tant que bas de ligne de discrétion et j'avais été plutôt satisfait. Aussi me suis-je demandé ce qu'il pouvait bien valoir pour la traque des salmonidés et c'est ainsi que je l'ai testé en 16/100 muni d'un ensemble spinning en 16/100.

 

Commençons avec les tests réalisés dans le Labo FISHANDTEST.


Le protocole FISHANDTEST consiste à analyser plusieurs échantillons d'un même produit sur deux machines :

- Un dynamomètre certifié pour mesurer la résistance à la rupture et l'allongement à la rupture

- Un micromètre certifié pour mesurer le diamètre

   

Les courbes qui suivent sont le résultat des mesures de rupture et d'élasticité relevées par le Dynamomètre :

 

 

Voici l’ensemble des mesures relevées à partir du dynamomètre et du micromètre :


Echantillon 1 - 0.185mm – 26.4N - 2.69kg – 38.06%

Echantillon 2 - 0.186mm – 27.3N - 2.78kg – 42.46%

Echantillon 3 - 0.187mm – 26.8N - 2.73kg - 40.20%

Echantillon 4 - 0.185mm- 24.7N - 2.52kg – 40.80%

  

 

La moyenne des mesures révèle le profil moyen suivant pour le Parallelium Fluoro Hybrid Pro :

0.185 mm – 26.3 N - 2.68 kg - 40.38% (allongement à la rupture)


Parallelium nous annonce un diamètre de 0.16 mm pour ce Fluoro Hybrid Pro et nos mesures réalisées en laboratoire sur différents échantillons révèlent un diamètre moyen de 0.185 mm. Le diamètre affiché par le constructeur est sous-estimé puisque nous constatons une différence de 0,025 mm. Cette différence est de l’ordre du centième de millimètre donc assez fine mais cela est non négligeable au vu de la finesse du diamètre annoncé.

En revanche, la marque annonce une résistance linéaire de 2.6 kg et nos mesures réalisées lors des essais de tractions ont dévoilé une résistance moyenne de 2.68 kg, soit 0.08kg au-dessus des données fournies par la marque. Nous apprécions la véracité de cette donnée transmise par Parallelium qui tout de même tenu de le faire car son produit est certifié à la norme ISO 2062 sur laquelle notre testeur reviendra plus en détail.

Données PARALLELIUM : 0.16 mm – 2.6 kg

Données FISHANDTEST : 0.185 mm – 2.68 kg

En résumé, nous constatons grâce à nos mesures un écart de 15.5% à la hausse entre les mesures effectuées en LABO et les données annoncées par le constructeur concernant le diamètre du FHP. Quant à la résistance, les données relevées par le banc d’essai démontre un écart de 0.03% avec les données constructeur. Il faut donc retenir de ce test LABO que les informations transmises concernant le diamètre du fil sont sous-estimées mais que la résistance est légèrement supérieure à ce qu’annonçait Parallelium, ce qui paraît logique étant donné que le diamètre est plus important.  


Laissons à présent la parole à Thibault pour son test terrain.

 

 

PERFORMANCES DE RÉSISTANCE

En achetant un monofilament de fin diamètre (inférieur à 16/100 selon moi) on ne s'attend pas à une résistance à la casse exceptionnelle lors des frottements. Et pourtant ce fil m'a agréablement surpris durant les tests sur ce point. En effet, je pêche souvent des rivières encombrées et les accrocs sur les rochers ou les branches immergées sont donc quasiment inévitables. Ainsi le FHP n'a jamais cédé sur le coup et j'ai toujours pu récupérer mon fil, mon agrafe et mon leurre ! Toutefois le tableau se gâte légèrement en ce qui concerne sa résistance à l'abrasion car il est absolument obligatoire de raccourcir le fil au-dessus du point de friction après un ou plusieurs frottements. Le FHP s'en trouve de fait extrêmement fragilisé au niveau du segment concerné car la surface lisse qu'il arborait devient alors presque poreuse et présente de nombreuses aspérités.

 

 

J'insiste vraiment sur la nécessité de raccourcir le fil après un frottement car j'ai moi-même négligé une fois de le faire : sauf qu'au lancer suivant j'ai ferré un joli poisson et mon frein était trop serré... Vous connaissez la suite, j'ai perdu la truite. Enfin, du côté de sa résistance aux noeuds elle est très convenable et il ne m'est arrivé qu'une seule fois d'en voir un se défaire. Néanmoins pensez bien à humecter votre fil car celui-ci risquerait le cas échéant de chauffer lors du serrage et donc de se fragiliser.

 

 

PERFORMANCES TECHNIQUES

[Le paragraphe qui va suivre est composé d'explications relativement techniques sur la composition du FHP et qui peuvent en ennuyer plus d'un... N'hésitez pas à poursuivre la lecture du test au paragraphe suivant]

Depuis le début de l'article j'évite délibérément de prononcer le mot fluorocarbone pour qualifier ce fil ; bien que la marque le définisse comme tel ; et je vais essayer de vous expliquer pourquoi. En effet, sur la page internet de leur site, Parallelium utilise certains mots de vocabulaire compliqués et qui font d'ailleurs très professionnel sans qu'on en comprenne véritablement le sens. Il explique par exemple que le fil est issu de la technologie de "double extrusion en ligne". L'extrusion est un procédé de fabrication par lequel un ou plusieurs matériaux compressés et chauffés sont contraints de traverser une filière ayant le diamètre de la section de la pièce à obtenir. Ainsi en ligne signifie en linéaire (car c'est un fil) et double signifie qu'il est composé de deux matériaux différents !

 

 

Le FHP est de fait issu de la fusion entre du PVDF (Polyfluorure de Vinylidène) qui est le polymère (soit un matériau qui du point de vue chimique est une molécule constituée de la répétition de nombreuses sous-unités) classiquement utilisé dans la fabrication de la plupart de nos fluorocarbones, et entre un copolymère qui lui est un matériau provenant de la copolymérisation (association) de deux matériaux monomères (2CXP) différents.

Tout ça pour dire que le fluorocarbone n'en est plus vraiment un et que l'avantage ressortant de cette alliance est une plus grande souplesse, qui fait tant défaut aux autres habituellement. De plus Parallelium assure que son produit est certifié à la norme ISO 2062, c'est-à-dire la norme internationale de détermination de la force de rupture et de l'allongement à la rupture des fils individuels à l'aide d'un appareil d'essai à vitesse constante d'allongement. En d'autres termes, les données de résistances annoncées par le constructeur seraient fidèles à la réalité.

Enfin le fabricant annonce que le fil bénéficie de la technologie numérique de bobinage orientée à spires jointives. En réalité il s'agit tout simplement d'enrouler le fil sur la bobine de manière rapprochée et parallèle permettant théoriquement un meilleur enroulement sur le moulinet. Passons maintenant au test. Ce monofilament donc est très agréable à lancer car le bruit du passage dans les anneaux lors des lancers est très ténu pour ne pas dire inexistant. Toutefois je ne sais pas si cela est dû à mon moulinet ou à la finesse du diamètre utilisé (auquel cas, il est possible que fil s'incruste dans la bobine), mais lors de certains lancers je sentais parfois une légère résistance qui m'empêchait de projeter mes leurres très loin lorsque le secteur était dégagé. Quoique cela ne m'ait pas gêné car je pêchais la truite en moyenne rivière avec et les lancers se jouaient donc plus sur la précision que sur la distance. Ainsi la glisse est agréable mais le fil oppose étrangement une petite résistance peu importante sur certains lancers.


Là où je suis pris d'un doute, c'est au niveau du diamètre qui me paraît légèrement supérieur à ce qui est annoncé et du côté de la rondeur : j'ai en effet pu constater, en passant le doigt sur la surface du FHP, une étrange sensation d'irrégularité que j'avais déjà remarqué sur le diamètre de 25/100. Néanmoins je ne me risquerais pas à affirmer quoique ce soit car ce n'est peut-être qu'une fausse impression, surtout que je ne possède aucun instrument de mesure précis pour vérifier mes dires. Mais si cela s'avère être véridique, je puis vous assurer que ce n'est pas très important et que le fil n'offre pas de résistance particulière à l'air. D'autre part j'ai n'ai eu aucune perruque avec ce monofilament, ce qui est tout de même très agréable ! En revanche j'ai pu remarquer quelques fois l'apparition d'une boucle dans la bobine, notamment lors des fameux lancers en amont où il faut mouliner un peu plus vite pour pouvoir suivre la force du courant et ne pas décrocher.

 

 

De plus ce fil vrille très peu, sauf lorsqu'on utilise une cuillère, auquel cas même avec un émérillon baril (tournant sur lui même) le FHP s'entortille sur lui-même. Du côté de la résistance du fil, seul les tests du labo apporterons une véritable certitude quant à l'honnêteté de Parallelium mais je puis déjà affirmer que sa solidité n'a pas à rougir face à de nombreux autres fils. J'ai en effet pu "droper" (soulever) aisément une truite de 35cm à un endroit où la berge était trop haute pour que je la prenne à la main, sans que le FHP n'affiche le moindre signe de fragilisation postérieure. Par ailleurs le monofilament retransmet bien les touches bien que je le trouve tout de même légèrement plus élastique qu'une fluorocarbone classique.

 

  

Enfin concernant la couleur du FHP elle est sobrement translucide. Cependant il faut bien  rappeler encore une fois que les fluorocarbones ne sont pas invisibles dans l'eau. En effet l'indice de réfraction de la lumière d'une eau comprise entre 0 et 20 degrés Celsius est de 1,33 tandis que celui du fluorocarbone est de 1,42. Cependant tout cela change selon la turbidité de l'eau, son encombrement ou encore la luminosité ambiante, surtout que si l'eau est chargée, des sédiments en suspension peuvent venir teinter le fil.

Ainsi n'espérez pas être invisible mais discret, et plus le diamètre sera fin, plus vous gagnerez discrétion.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

Vendu un peu moins de 15€ les 150 mètres, le prix reste tout de même un peu cher. Néanmoins les performances qu'il présente sont très intéressantes et il s'adapte ainsi très bien à la pêche de la truite. Enfin, utiliser directement le FHP vous permettra de vous dispenser de bas de ligne ce qui est un avantage financier non négligeable.

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION