MOULINET DAIWA CROSSFIRE 2500

Tests Truite > Moulinets Truite

 

  

Rappel Fishandtest : Les tests sont réalisés avec modestie, simplicité et passion. Notre volonté est de valoriser le partage d'expérience, nous n’avons en aucun cas la prétention de proposer des vérités absolues. Un test, dès lors qu’il est réalisé par un être humain, est en partie subjectif, la perception des choses étant propre à chaque individu. En revanche, nous pouvons vous certifier que la totalité des tests n’est soumise à aucun sponsor ou partenaire, nous prônons en effet la neutralité et la liberté de parole.

  

  

Testeur : 

Maxence D - Non sponsorisé

 

Usage du test :

Peche de la truite en rivière et lac

  

Données constructeur :

Taille 2500 :  270g - 71cm/tm - Ratio 5.3/1 - 4kg de frein

 

 

Les moulinets sont des pièces technologiques pointues et sans une bonne mécanique, la pêche devient parfois beaucoup plus complexe. Daiwa propose des moulinets pour tous les usages et dans toutes les gammes de prix. J’ai décidé d’acquérir à la base le Daiwa Crossfire pour mon fils de 6 ans afin de lui faire découvrir la pêche car ses spécificités me paraissaient intéressantes pour un enfant débutant. Pour rédiger ce test, j’ai moi-même pratiqué des sessions entières avec ce moulinet afin d’apporter un compte-rendu de qualité.... Mais ce moulinet est-il d’une qualité suffisante ?


Commençons par le Test du Frein Daiwa Crossfire 2500 dans le Labo FISHANDTEST.

Lors du test de la force maximale d’un frein sur Dynamomètre, quatre phénomènes peuvent se produire :

1. Le galet vient au contact de la bobine (uniquement pour les moulinets

spinning)

2. La régularité du frein devient chaotique

3. La bobine arrête de tourner

4. La molette de frein est serrée à la main à son maximum

Selon le protocole FISHANDTEST, le seuil de force max  d’un moulinet lorsque l’une des quatre situations évoquées ci-dessus est rencontrée.

Lors du test du Daiwa Crossfire, le premier seuil à avoir été atteint est celui du galet qui entre  en contact avec la bobine. Ce contact apparaît à partir de 6.02 kg de force de frein.

La force Max du Daiwa Crossfire 2500 est donc de 6.02 kg.

Ci-joint, une photo du galet en contact avec la lèvre supérieure de la bobine:

  

 

A présent, testons la régularité du Daiwa Crossfire sur le dynamomètre motorisé du Labo FISHANDTEST. Les courbes qui suivent sont les résultats de cinq tractions sur dynamomètre, chacune étant soumise à une force de frein différente.

 

 

Analyse des courbes obtenues:

● 0.3 kg de frein - oscillation des mesures de 24g

● 0.5 kg de frein - oscillation des mesures de 36g

● 0.7 kg de frein - oscillation des mesures de 90g

● 1.0 kg de frein - oscillation des mesures de 100g

La précision du réglage de frein pour le Crossfire reste convenable pour un moulinet de cette gamme. En effet, la précision moyenne est de 62.5 g. Nous remarquons que la plus grande irrégularité du frein se produit à partir de 1kg de force appliquée avec 100g d’oscillation. Cette irrégularité reste acceptable et n'occasionnera aucune gêne en action de pêche.

Il faut donc retenir de ce test LABO que le daiwa crossfire dispose d’une force max de 6.02 kg soit 2 kg de plus que ce qu’annonce la marque et offre une régularité de frein tout à fait acceptable sans pour autant offrir celle d’un moulinet haut de gamme. Le Daiwa Crossfire pèse 266g contre 265g annoncés par le constructeur, on apprécie particulièrement la transparence de Daiwa à ce sujet. A titre de comparaison, un moulinet Daiwa Ninja (gamme de prix proche) dans la même taille pèse 240g et un Daiwa Legalis LT seulement 205g. 

  

 

CONSTRUCTION

 

Le Daiwa Crossfire bénéficie d’un design soigné (mais peu discret) composé d’un judicieux mélange entre doré, gris et noir. La molette de frein est d’une finition simple mais efficace et offre une bonne ergonomie. Le bâti et le rotor sont en composites, de couleur grise. Le pick-up quant à lui est en métal légèrement argenté. Malheureusement, le gros point négatif de ce moulinet se trouve à cet endroit, vous le verrez plus loin en détail. Malgré tout, le pick-up est accessible (même pour un enfant). En ce qui concerne la bobine celle-ci est en aluminium anodisé de couleur grise agrémentée de 3 liserés dorés sur le haut, le milieu et le bas de la bobine. Un joli effet lui apportant un côté bling bling (peut-être un peu trop d’ailleurs, mais attrayant pour les enfants). La poignée est en T, elle est constituée d’ABS (du plastique). La forme en T est agréable et tombe bien en main, mais un peu plus de travail sur l’ergonomie serait un gros plus. En effet lors de longues sessions on a vite mal aux doigts. La manivelle repliable est quant à elle fabriquée en aluminium brillant.

 

  
Daiwa dit proposer sur le Crossfire des technologies dont je vais vous faire part :


- Digigear, une technologie propre à Daiwa. Les roulements seraient usinés par des machines de haute précision de manière à fluidifier les mouvements de rotation. Et en effet la fluidité du moulinet neuf est plus que convenable pour un tel prix.


- Twist Burst II qui est un galet de pick-up (la partie du moulinet ou passe votre fil pour être enroulé autour de la bobine) usiné de manière conique. L’objectif serait de permettre un rangement optimal du fil sur la bobine mais aussi de limiter le risque de vrillage. En effet le fil vrille peu, et l’enroulement est efficace mais là non plus rien de bien révolutionnaire niveau technologie. Daiwa ne propose pas plus que d’autres constructeurs sous une appellation différente.


- ABS pour Anti-Backlash System. Là Daiwa propose une bobine conique, la partie haute de la bobine se trouvant être que le bas, cette forme doit permettre de réduire les perruques. Là par contre on ne peut pas nier que le Crossfire perruque peu (sans être le champion dans le domaine) pour cette gamme de produit. La lèvre de votre moulinet qui est la petite excroissance sur le haut de votre bobine est travaillée pour optimiser vos distances de lancer en limitant les frottements. Il est vrai que les lancers atteignent des distances correctes mais dire qu’il fait mieux grâce à cette lèvre serait prétentieux.


- Infinite Anti Reverse. Il est pour moi difficile de parler d’une réelle technologie car tous les constructeurs ou presque la propose aujourd’hui. Il s’agit simplement d’un anti-retour amélioré, censé s’activer plus aisément pour éviter le débobinage du moulinet : celui-ci enclenché, la manivelle ne tourne donc que dans un sens mais c’est tout de même la moindre des choses. Vous retrouverez ainsi un anti-retour même sur les moulinets les plus bas de gamme.

 

  
Pour conclure, les technologies proposées par Daiwa sur le Crossfire sont à mon avis des arguments marketing plus que de réels atouts pouvant vous pousser à choisir ce modèle plutôt qu’un autre. En réalité ces technologies sont proposées sur quasiment tous les moulinets destinés à la pêche aux leurres, Daiwa n’a fait que les nommer différemment.  

 

 

PERFORMANCES

 

Le frein est donné pour 4kg et il est vrai que le Daiwa Crossfire 2500 freine fort, mais le réglage m’a semblé trop progressif (notion subjective et propre à chaque pêcheur). En effet, contrairement à d’autres moulinets où le réglage s’effectue très rapidement et avec précision, celui du Crossfire nécessite d'effectuer plusieurs tours de molette pour ajuster la pression du frein. Cette manipulation n’est pas des plus confortables, notamment lors d’un combat, et mériterait d’être plus rapide.

  

  

Le Pick-up, lui, claque de manière légère, le bruit n’apporte pas un sentiment de robustesse. De fait, le ressort situé entre le Pick-up et le rotor comme évoqué plus haut sont les plus gros défauts que compte le Daiwa Crossfire. Après 1 ans d’utilisation : 3 casses du ressort, 3 retours en SAV. Pourtant le Pick-up fût toujours fermé à la main mais c’est un défaut récurent sur ce modèle, le ressort est fragile et vous lâche sans prévenir. Côté mécanique, l’enroulement est fluide au début, mais au fil de son utilisation les 3 modèles que j’ai eu en main ont tous fini par légèrement vibrer lors des récupérations, chose désagréable et atténuant les sensations. La composition des roulements est de 3+1 et je vais essayer de vous expliquer ce que signifie ce chiffre. Cela veut dire que le Crossfire dispose de 3 roulements à billes classiques et d’un roulement à aiguille. Les roulements à billes sont censés fluidifier la rotation du moulinet mais dans la réalité il en va différemment : vous pouvez en effet trouver des produits fluides à 3 roulements et de mauvais à 12, tout dépendra de la qualité de l’usinage. En ce qui concerne le roulement à aiguille ce dernier permet simplement de rendre l’anti-retour fonctionnel. Pour le Crossfire il semblerait que Daiwa ait opté pour un nombre de roulements judicieux car il est fluide lors des premières utilisations mais ces derniers sont probablement de piètre qualité au vu des problèmes rencontrés au fil du temps : la rotation devient à chaque fois plus incertaine. 

  

  
Lors des lancers, le moulinet déroule convenablement votre fil, il n’est pas bridé et les distances parcourues sont convenables. L’enroulement du fil croisé est de qualité même lorsque la bobine commence à osciller sur elle-même avec le temps.  Le Crossfire possède un ratio de 5.3/1 ce qui signifie qu’au vu de la taille de sa bobine, il enroule 71cm de fil par tour de manivelle. Pour ceux qui se demandent ce qu’est exactement le ratio je vous invite à consulter cet article bien détaillé : 

https://www.1max2peche.com/choisir-le-bon-ratio-moulinet-peche/   

Cette récupération est relativement polyvalente car elle permet d’animer la plupart des leurres mais restera tout de même légèrement insuffisante pour pêcher en plein amont les rivières à fort débit dans lesquelles les truites aiment vivre.

 

 

RAPPORT PERFORMANCES/PRIX

 

Vendu aux alentours des 35 euros, nous sommes bien en présence d’un moulinet d’entrée de gamme. On peut ainsi presque affirmer que les trois quarts du prix se justifient dans le design et non pas dans fiche technique qui est très basique. Sur une année de pêche, devoir changer trois fois de moulinet est un problème et d’après mes recherches, il semblerait que je ne sois pas le seul à avoir eu de tels soucis. Ils finissent tous par rendre l’âme très, voire trop rapidement. Heureusement que Daiwa dispose d’un bon SAV, car sinon en dépensant trois fois 35€ j’aurais eu un moulinet bien plus haut de gamme…

En clair je vous déconseille vraiment le Daiwa Crossfire, privilégiez d’autres modèles certes un peu plus chers mais qui sur le long terme se révèleront être de bien meilleurs investissements.

 

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

CONCLUSION